Pendant le weekend

Cinq quatre trente six an II

 

 

en revenant du boulot, des images de ce mur magnifique qui borde la rue de l’Ourcq

il faisait froid mais il faisait gris

j’ai repensé aux nombreuses fois où je passais par là et en image ces dessins

« Paris en couleurs » dit-il, il y a du Da Cruz là, et je me souvenais aussi des tentatives d’il ya deux ans pour le dossier d’habitat participatif sur cette parcelle

les gens perdus de vue, s’en sont allés leur chemin, sans doute (longtemps que je ne suis pas passé vers Gambetta, voir un peu si le projet se matérialise)

c’est en tout cas bien plus joli que ce qu’a collé quelqu’un (qui sinon une institution ?) sur la pointe Poulmarc’h ( work in progress depuis longtemps suivi par l’ami Dominique Hasselmann)

les gens passent, j’aime la dernière photo – à l’aveugle, comme toutes -, plein cadre quelqu’un, (mais qui ? on ne sait, il est trouble…) le pont du chemin de fer de la petite ceinture sur l’avenue, le petit bonhomme rouge qui tremble, et moi qui m’en vais pour quelques jours (à lundi)

au cinéma « Félicité » (Alain Gomis, 2017) onirisme, dialogue musical et quotidien horrible et cruel.

J’aime à savoir 22. qui était Jean Poulmarc’h.

 

 

 

Share

3 Comments

    On n’a pas demandé son avis à Jean Poulmarc’h et tu vois bien qu’il s’agit d’une entreprise quasi « industrielle » qui n’a rien à voir avec le street art spontané et non soumis à autorisation officielle…

    J’aime bien le petit bonhomme rouge du feu (qui m’a rappelé ceux de Berlin, ayant repris ceux de l’autre côté du mur, avant).

    Bon repos !

  • @Dominique Hasselmann : on s’en souvient en tout cas (de JP’h)(jt’ai emprunté le lien) (pour le repos, je crains que non, nettoyage jardinage récurage plomberie printemps enfin tout le kit)(je vais quand même lire et écouter et monter et ranger et recadrer, mais dans le calme et le silence – point de réseau…)

  • oui le mur collé et hypocrite (puisque sage en fait) n’est que récupération de celui-ci et de ses frères (et une façon d’en éliminer le « risque »)

Laisser un commentaire