Pendant le weekend

Vingt cinq cinquante six (an II)

 

 

(je n’écoute guère qu’une radio, – encore que « écouter » est un bien grand honneur pour ce torrent de boue – et voilà qu’elle s’en donne à coeur joie avec la fille du borgne immonde peste brune qui va voir la France qui se lève tôt – tourner le bouton, fermer les yeux, les narines surtout horreur du choix proposé, réussi (merci qui) et qu’on voit s’étaler (image glanée sur les propositions d’un « réseau social » dans les « choix proposés » – c’est beau, c’est généreux de « proposer » en effet) : ce qui nous attend…

ça ne s’invente pas, pas vrai ? « Bon appétit messieurs ». La France.

Plutôt lire, aller travailler, réunions, ou autre, et tenter d’oublier (ce qui ne changera rien, certes).

Hier il faisait beau pourtant, je suis passé par la rue Dénoyez

on y tague, j’aime cette ville, j’y marche, j’y pose mes pas, je m’arrête (un sandwich en compagnie de « Décor Daguerre ») et ces deux êtres, là, qui consultent des comptes, côte à côte

au café j’ai retrouvé mon ami libraire (il a tenté de me convaincre de « faire barrage » j’ai pensé à celui contre le Pacifique, et j’ai préféré lire) et marcher

au travail essayé de trouver un logiciel de paye DNS, pris rendez-vous avec l’Urssaf, avec la hiérarchie, avec le dentiste, puis marcher encore dans les rues, sous le soleil, marcher tenter de ne pas savoir, juste au présent, acheter des roses les porter à ma tante qui m’a dit « merci » le premier mot que je lui entends prononcer depuis deux ans et son sourire et son regard

 

 

 

Share

4 Comments

    Oui, Duras tient bon.

  • la musique aussi
    et s’en tenir là (quant à l’attitude à tenir finalement, entre les deux horreurs, aucune solution n’est la bonne, ni la réserve ni le contre, on fait comme on peut, sans satisfaction)

  • Il y a des niveaux dans l’horreur! et une fois le choix ou le non choix fait se rappeler qu’être de gauche c’est penser au delà de soi et de son dépit!

  • @Dominique Hasselmann : l’autre Marguerite aussi
    @brigetoun : la musique avant toute chose
    @Eymery : on n’oublie rien.
    Merci à vous.

Laisser un commentaire