Pendant le weekend

Dix sept soixante dix huit (an II)

 

Puisque la soixante dixième édition, ça commence aujourd’hui, au cinéma « Une famille heureuse » (Nana et Simon, 2016) une vraie merveille, à ne pas manquer. (Nana Ekvtimishvili et Simon Groß)(2016)

Ici Ia Shugliashvili (Manana, son rôle qu’elle interprète magnifiquement – des chansons elles aussi magnifiques – la Géorgie, je crois que ça se passe plus ou moins à Tbilissi, qui a l’air d’un monde accueillant et gai, formidable…)

(sa guitare à 7 cordes, une chanson, et tout est ou devient parfait – un scénario en airain, des acteurs vrais, tendres, formidables…) (les chants extraordinaires – sans doute pour nous, car pour eux, les Géorgiens, il semble que ce soit simplement la vie) (c’est d’ailleurs ce qu’elle est…)

(j’insomnise, ces temps-ci, je fatigue, j’ai un mal de chien à travailler) (en plus mes données sont pourries, je ne sais pas ce qui s’est passé) (ce que je sais, c’est que ça m’empêche de dormir tranquillement)

je n’ai pas d’image sauf celle-ci

en date du 17 mai 2009 (l’ignoble, huit ans plus tard, fait un peu parler de lui dans son style répugnant qui rappelle vraiment l’autre, le peroxydé de l’autre côté de l’océan) ou celle-ci

de ces deux jeunes femmes devant le mur de la rue Dénoyez (même date) (le lieu a changé, bientôt on détruira ce mur autant que ceux qui le jouxtent), la fatigue me prend…

l’obsolescence programmée de ce téléphone portable de la même date, comme ce livre (pas si mal je me souviens un peu)

de la même époque/production/même format – ce n’est pas que le temps ne soit pas favorable (il fait trop chaud/beau/lourd) non, mais mes yeux pleurent, je tombe (de sommeil ?) (seulement j’espère, je m’emploie à travailler, mais pour quoi faire, quelle idée de la réalité ?), j’avais pris mon agenda brûlé pour tenter de joindre mon ami A. mais je n’y ai plus pensé (ces saletés de données mal saisies ont pris tout mon temps) (la banque recommence à hurler de rouge, si tu savais comme j’en ai ma claque…)

 

Share

3 Comments

    on s’en doute un peu

  • La vie est une obsolescence programmée (mais Samsung et Apple déclarent n’y être pour rien).

  • @brigetoun : merci du partage…
    @Dominique Hasselmann : par qui, pour la vie ? (les déclarations de ceux-là valent les traitements qu’ils font subir à leurs salariés)… Merci du passage

Laisser un commentaire