Pendant le weekend

Neuf six cent onze (an II)

 

dehors la pluie tombe, il est six heures, voilà bien longtemps que le monde est éveillé/endormi sur les mensonges éhontés des faits alternatifs, le 10 Downing street va changer de main, et SARE2 a dû mal dormir, j’imagine (je suis très fleur bleue à mes heures : cette naïveté d’imaginer qu’elle en a quelque chose à foutre…) (Turkish Catering #3)

je me demande bien comment je vais réussir à travailler (je ne cherche pas, il me reste quatre jours avant je ne sais trop quand (brief lundi), puis cinq autre et on attendra la Toussaint : comment, dans ces conditions, réussir à trouver des sous ? impossible à définir, je vais chercher, je vous tiens au courant… )

allant à la bibliothèque de Montreuil-sous-bois hier soir (présentation magistrale de « Décor Daguerre » (les éditions de l’Attente, 2017) lectures et cinéma par Anne Savelli) (on ne se paye pas de mot, comme on sait) (c’est aussi que j’aime assez la rue Daguerre, moins la Varda certes, mais ça ne fait rien, elle ne fait que partie du décor) (accueil magnifique, technique parfaite et vin blanc frais comme on aime) ce restaurant (Turkish Catering #4) exotique (je veux dire qu’il n’est ni turc, ni grec, comme l’intimait pourtant la charte mise au point par moi-même, mon gouvernement et son conseil d’administration : l’exhaustivité du recueil des photographies de ces lieux est entamée) (l’important réside, comme toujours, dans le comportement des humains) (je me tire, back in Babylone dimanche) (la série B2TS commencera aussi ce dimanche et n’aura lieu que le dimanche -décision unilatérale prise à l’unanimité du conseil de surveillance –  : soixante portraits, cinq par présentation, soit une douzaine d’occurrences; si on tient compte des vacances (car il y en aura, et c’est heureux)), ça nous amènera fin septembre peut-être) (les J’asq. sont en panne mais c’est juste une très légère avarie)

(l’important, aussi, est le comportement des machines et leur parfaite inscription dans le paysage – au fond, on aperçoit la perturbation et son front – elle en a bien un pour se déployer ainsi en juin, cette garce) (et le comportement des arbres, et des animaux) (ce qui est sur Terre, probablement)

Share

1 Comment

    Il est bien que les grues soient aussi des oiseaux voyageurs.

Laisser un commentaire