Pendant le weekend

Trois sept cent vingt cinq (an II)

 

 

après avoir vu le film de Tarkovski « Stalker« (1979) qui n’a pas vieilli, on croise des hordes sortant du truc palais omnisport bercy (je me souviens des histoires drôles sur la pelouse de ses côtés, c’était amusant – le truc a changé de dénomination, un coup d’école de commerce à la (ma)c(r)on), il y avait là des billets à 100 euros à vendre, tout à l’heure, on passait robbie williams (chanteur de variétés anglais), un public moyen « jte l’avais dit il commence toujours par ce morceau » ça mange trop de pizzas et ça boit probablement trop de bière ça court vers le métro c’est bermudé basketté chaussettes minus tatoué parfumé, passons, le 24 passerait lui dans 36 minutes, on allait vers la gare de lyon

le 20 jusque Répu on croisait ce type cheveux du même métal que les chaussures

accompagné de la jeune femme gauche cadre (coupée au montage, désolé), mais cette image zoomée

le matin même j’avais croisé ce poste du vingtième arrondissement

puis au musée du Jeu de Paume une exposition ce dimanche de photographies (un certain -inconnu de moi-mes lacunes sont incommensurables -Ed van der Elskern, dont je parlerai dans la maison(s)témoin), entendu dire que le micron parlait de certaines personnes qui « ne sont rien », pauvre homme dépassé et pathétique qui prend un pouvoir en loques, quelle honte sur ce pays (comme sur les US, l’ignoble qui réitère ses infamies), ça va mal, ça dure et ça empire (nul doute que micron pense à l’empire, oui)…

J’asq 42. lors de la première année de prise de vue, Tarkovski utilisant une nouvelle pellicule du grand frère jaune (kodak) pour ses extérieurs, la donna à développer à Mosfilm (maison de production d’état genre centre du cinéma soviétique) qui rendit la pellicule inutilisable (sans doute par maladresse, bien que Tarkovski prétende au complot, ce qui est encore pire, il me semble). Appris aussi qu’il se fâchât avec son chef opérateur (et le fit virer par la production…) parce que celui-ci ne voulait pas que le femme à Tarko (Larissa) tienne le rôle de la femme du stalker. Appris aussi qu’il disait, en parlant du roman dont le film est une lointaine adaptation, paraît-il, que les seules communes mesures en étaient les mots « stalker » et « zone ». On aime assez ce réalisateur, mais ces précisions indiquent comme quelque chose d’une arrogance cruelle et des sentiments mitigés s’exercent.

Share

2 Comments

    Ce poste de poiice doit être fermé (comme c’est la mode pour certains bureaux de Poste…

  • encore un supprimé dans Paris ? me souviens d’un jour (il y a au moins douze ans donc) où devais déposer une plainte pour un bidule dans un immeuble, et où après avoir découvert la fermeture de celui de la place des Victoires puis de celui près de l’Opéra comique, il a fallu revenir au bureau et téléphoner à la Préfecture pour découvrir quel était Le commissariat pour le centre de Paris..)

Laisser un commentaire