Pendant le weekend

Dix sept cinq cent trente cinq

 

 

Ce type de camion me met en joie : récupération, rechapage, réinstallation revente (la plaque est bulgare : c’est l’Europe)

Dans nos contrées, nous jetons, n’importe quoi, partout (hier soir, me promenant en ville, des centaines de morceaux de bois représentant des bibliothèques des armoires, des chaises, abandonnés…) : ce gâchis… Consommez, c’est un ordre et nous autres d’obéir… C’est probablement cette courbure de l’esprit (assez propre aux militaires et aux religieux) d’obéir sans sourciller qui nous les fait agonir. Certes.

Croisé cette affiche sur le mur

J’en ôte le titre, qui reprend la dernière phrase en italique que je partage moyennement (lisant l’interview de Fanny Ardant dans un organe hebdomadaire, j’ai pensé à nouveau à cette affiche-là).

Puis lisant l’article de l’ami Pierre Ménard et me souvenant de ces spectacles passionnés tout autant durant des années, j’ai retrouvé cette bande originale magnifique de Georges Delerue qu’il déposait sur « Le mépris » (Jean-Luc Godard, 1963).

Les années soixante, voilà tout (pour votre serviteur).

J’oublie, aux ciels toujours ces jets de fumée, nuages  et fond de l’air frais, ce matin encore personne aux rues, ce que j’aime Paris au mois d’août (et une pensée pour René Fallet) (et pour Charles Aznavour…).

Continuer.

 

Share

3 Comments

    dans la fin des années soixante impression de cette colère que contrairement au petit panneau je ne rencontre guère… même en petits noyaux partisans et souvent excluants… et c’est bien ce qui est désespérant
    Anesthésiés sommes

  • Y’a pas de souci (comme dit la rengaine) : la nouvelle « Police de sécurité du quotidien » – avec ses initiales prêtes à tous les détournements : PDSDQ) sera bientôt mise en place.

    Flics affables, « humanité » retrouvée, fin des « bavures », plus besoin de manifester, il faudrait peut-être aussi (mais, « en même temps », il ne faut pas exagérer) relancer le beau nom de « gardiens de la paix » !

  • @brigetoun : anesthésiés je ne crois pas, les choses vont changer… (espérons…:°))
    @Dominique Hasselmann : le mieux serait qu’ils nous la gardent en effet, mais comment faire…? dur dur pour l’Espagne aujourd’hui…

Laisser un commentaire