Pendant le weekend

Oublier Paris #73 (Six dix cinq cent quatre quatre vingt cinq)

 

je lisais le « Le temps des vrais bonheurs » (Roopa Farooki, 2010) qui se déroule entre Londres et Singapour, un peu de Bangladesh à l’appui semble-t-il (eau de rose et adjectifs poisseux le composent aussi) (bof) mais je suis tombé sur ce trait commun indiqué par « le restant de mes jours » et j’ai trouvé cette manière de dire assez impérieuse (un peu comme le « rendre l’âme » d’accord mais à qui ?) pour rester sur mon quand à moi : la découverte subséquente du fait que le robot est passé dans les rues de la ville (banlieue riche) qui a vu mes premières années

m’a intimé (disons) le répertoire des lieux où j’ai vécu. Il s’agit de numéros mais qui peut s’interposer ? Ils sont classés par ordre de grandeur – c’est illusoire, c’est inutile, c’est un peu idiot mais ça ne fait rien, c’est graphique). Les rues attenantes sont classés par ordre alphabétique. Un peu à la manière des lits où j’ai dormi d’un ami, disons.

A Paris les rues Botzaris

 Cujas

Emile Desvaux (au premier étage, juste en dessous, un cinglé qu’on aurait aimé cogner, mais non)

Fabert

ici la façade du 20 (le robot n’a pas été dans la rue)

ici l’arrière du 20 (petit balcon de la chambre de E.)

Houdin

Lemerchier

Lille (au deuxième une vieille femme folle; dans les escaliers des rats gros comme des demi-pains)

Paul Bert

ici le balcon du 72

( au 143, la maison des voisins dont le père voyageur représentant placier parcourait les routes au volant d’une merko 200 diesel) (b(r)osquet peut-être ou quelque chose de l’ordre) et ici le 141 (sans numéro)

Saint-Bernard.

 

 

Share

3 Comments

    j’aime bien le calme sage de la façade de la rue Lemercier (d’autant qu’aucun voisin n’intervient désagréablement, ou s’il y en avait un il semble s’être fait oublier)

  • Vous ne manquez pas d’adresses à ce que je vois ! (moi ce serait une suite faite de : lieu-dit, 18, 12, 138, 220, 2, 80 – que des numéros pairs)

  • @L’employée aux écritures : Merci du compliment, Employée (7 déménagements pour vous, 9 pour moi…)
    @brigetoun : si vous parlez du 45, il s’agit du calme (trompeur) d’Emile Desvaux (Lemerchier est au 141…)… Merci du passage

Laisser un commentaire