Pendant le weekend

Quatorze dix-sept – 626

 

(travailler, prendre de la peine, s’entendre dire qu’on attend de savoir avant de rédiger les bons de commande – rédiger les bons de commande – je peux répéter tellement je suis hors du temps et hors des temps sinon hors de moi, mais enfin – dèche complète) travailler à l’écrit (demain, dans le jardin de la maison(s)témoin

un mariage à Casablanca) (les parents d’Eric Caravaca, fin des années cinquante – les miens ce fut fin des années quarante; il n’y a pas eu – que je sache – de drame – quoique cette affaire de monstre à laquelle fut lié le personnage 7 y fut pour quelque chose, sans doute

j’ai à faire des réglages, j’en ai presque fini, et j’envoie) (assez compliquée comme affaire, montrer sans dire, suggérer sans appuyer : pendant ce temps sur la lagune glissent les motoscaffi – 150 e la course, bonjour chez vous)  (il y a quinze ans…) (en tout cas, c’est la seule façon d’écrire qui me reste, avec ici, et ailleurs sur le cinéma, mais est-ce vraiment écrire ?) (ça se passe par images)

ici un point de vue de la chambre qu’il occupait (dans mon sentiment, la plus proche de la Salute, au troisième étage du palais, le coin et au mur, un oeuvre originale de John Ruskin) (qu’il et elle occupaient, j’ai vaguement l’impression) (pas trop chargée, la déco, là ?) (sur la télé : le casse dont a été victime la kardashian (pauvre petite chose) à Paris – bizarre comme les choses se rejoignent).

Share

1 Comment

    Difficile de faire un texte sur la lagune qui ne soit pas lacunaire… 🙂

Laisser un commentaire