Pendant le weekend

4 février 707

 

 

(comme le boeing) (saisie six heures) dehors l’oiseau flotte

dehors il flotte de toutes façons, une espèce de fatigue du reste du monde cependant, toujours là, le soir sortir quand même, un froid légèrement tranchant, se diriger vers « la grande maison » au niveau moins un une table, deux chaises, un écran

nous devions bien être une centaine (entrée gratuite dans la limite des places disponibles : on remercie – et pour le pot qui suit, mais on n’est pas restés) assis là dans la petite salle  de cinéma  à écouter Philippe de Jonckheere et Adrien Genoudet

lire quelques extraits du livre de ce dernier, »L’étreinte » (aux éditions inculte 2017) (ici en arrière plan, une tentative de sans-abri – merci la ville mairie municipale – de se protéger des intempéries, sur la place de la République je crois bien – ou alors sont-ce toujours des « nuit debout » quelque chose) le premier lisant la lettre qu’il adressât au second, l’auteur

(on le distingue, Adrien Genoudet, gauche cadre, devant un film plan fixe de la place Albert Kahn dans le 18 où Salah Abdeslam a abandonné sa caisse le 13 novembre 2015, après avoir déposé quelques uns des tueurs du gang des terrasses) d’un texte qui mêle (mais je ne l’ai pas lu) cinéma (qu’on aime) et monde du jour (qu’on subit)

(ici Philippe de Jonckheere jouant d’une guitare si j’ai bien vu – un son venu d’ailleurs je suppose…) allant de Méliès et son Barbe Bleu aux magnifiques images (auteur inconnu) produites par (ou pour comment dire ?) Albert Kahn des boulevards et de cette vie de la ville, la nôtre, la vôtre tout autant, meurtrie, blessée mais pas morte, non

on y a parlé de génération (celle de PdJ serait emblématisée par la vulgate comme celle de Malik Oussékine – assassiné par l’Etat et ses servants dans l’entrée d’un immeuble de la rue Monsieur le Prince; je me disais que la mienne avait quelque chose de Pierre Overney – assassiné par un nervis usine Renault Boulogne BIllancourt – ou Pierre Goldman – assassiné en ville aussi, ici même, par quelque cinglé d’extrême droite – place de l’abbé Georges Hénocque, il me semble – c’est dans le 13) se disant que celle des jeunes de nos jours… : mais non, cette vulgate n’est que d’un certain journalisme pressé mais frelaté (litote), il nous reste (il vous reste, jeunesses) le bruit des fleurs  et du vent et des roses (à nous aussi, t’inquiète), en haut, au dessus de moi, une lumière pointait

on est rentré et le froid n’avait pas diminué

 

 

2. si numérique parlé couramment, 4 février 2008, 19:41

ici (y’avait un lien, impossible de retrouver…)  la chanson de la ville où on aimerait nous enfermer : pas question !

 

Share

1 Comment

    j’aurais aimé faire partie des cent personnes (et voilà un Inculte de plus – deviens accro à cet éditeur – à lire, euh quand finances

Laisser un commentaire