Pendant le weekend

3 mars 733

 

 

formidable entreprise (de maçon, c’est assez connu, mais là) qui constate des infractions, et se fait payer : il n’y aurait pas une pétition pour condamner cet outrage ? quelle honte…

entre les arrêts intempestifs, les augmentations à date fixe des billets, les contrôles au faciès, les abus de pouvoir, les régulations inopinées, les travaux à répétitions (sur la ligne Clignancourt Orléans Montrouge – dite 4 par la wtf régie – les travaux à Châtelet dureront tout le mois de mars, ça rallonge mais on s’en fout : la clientèle est captive) quelle merveille que celle régie-là… Moi qui adore ce mode de transport – sauf jouer à la sardine – j’ai beaucoup de peine pour les touristes – ce sont ces types de contrôleurs qui devraient être mis à l’amende – je suis outré (la maxime « contrôleurs voleurs » n’a jamais été aussi vraie). Le dégoût (jte parle pas des vélibs pour pas fâcher mais on est bien à Paris…)

(l’exaction la plus impardonnable de toutes restant la disparition de ces tableaux des correspondances lumineux : exécrable saloperie encore…)

J’ai choisi mes trois images atelier – avancer, en rubrique atelier bientôt (sur un carnet de bal/album de famille de 132 occurrences…)

en dvd « Bons baisers de Bruges » (Martin McDonagh, 2008) magnifique (une interprétation formidable – Brendan Gleeson et Colin Farell – tellement drôles comme l’histoire, comme le décor et cette espèce de haine antipathique pour le tourisme, formidable…) (en prime, un tout petit extrait de « La soif du mal » (Orson Welles, 1958) et du plan d’ouverture) (tout pour plaire) (un peu du début aller)

 

Share

3 Comments

    Bruges, je ne connais pas ce film… mais le béguinage, oui (et les calèches qui parcourent les rues comme des trawways individuels)…

    Bien content, à propos de films, pour Robin Campillo (et son discours hier soir en direct, politiquement courageux).

  • moi non plus connais pas le film (normal 🙂
    mais je retiens surtout que ne dois pas retourner à Paris… sauf à retrouver ma marche ferme et à me passer de mon très familier – tant et tant de trajets surtout les jours de visites d’immeubles qu’il m’était troisième domicile après dans l’ordre le bureau et mon trou demeure) parce que par nature je prends TOUJOURS les chemins ou couloirs à contre sens (suis même arrivée à le faire au Vatican)… enfin cette stupidité nous vaut deux superbes images

  • @brigetoun : Merci (pour les commentaires, et pour l’appréciation des images)
    @Dominique Hasselmann: et aussi les Césars pour les acteurs (Jeanne Balibar /Barbara : magnifique et bien plus, Swann Arlaud/Petit paysan vraiment bien aussi)…

Laisser un commentaire