Pendant le weekend

7 avril 768

 

 

c’est toujours un peu dommage quand les amis s’en vont – surtout si  on est à peu près certain de ne plus jamais les revoir – c’était hier vers onze heures, j’étais dans le bunker, le texto de mon ami de bientôt cinquante m’apprit la disparition de ce type qu’il m’arrivait de croiser dans l’exercice de mon travail (il était sans doute voisin), je me suis souvenu de cette chanson « d’où/d’où/ d’où viens-tu ?/o ma tendre merveille/mon amour absolu » berçant A. alors qu’elle n’avait pas six semaines, c’est toujours un peu dommage mais voilà, le temps s’en est allé

une espèce de traversée d’un styx du côté de Venise et salut à l’artiste…

Share

1 Comment

    et visiblement étions nombreux à ressentir un grand vide (même ceux qui ne l’avaient jamais vu ni même simplement entendu « en vrai »
    oh que vos roses sont belles

Laisser un commentaire