Pendant le weekend

2 mai 793

 

(j’ai évité le défilé – ainsi que le costumé cintré et sa bobonne, qui se sont échappés, si j’ai bien compris, dans l’autre hémisphère, sans doute pour oublier aux grèves et revendications de tous poils, climat social délétère, une année suffit) (à Notre-Dane-des-Landes, j’ai peur que même l’espoir ait été sauvagement piétiné par les hordes à la solde de ce pouvoir ploutocrate) (le slogan « tout le monde déteste la police » tellement d’actualité…)

(vocabulaire d’un autre âge, certes) lors de la promenade, un (de mes) parrain(s)

une photo de série (moyennement entretenue, mais si jolie, cette boutique…)

les travaux de réfection de la rue qui en a bien besoin

une épicerie qui change d’enseigne (elle se nommait RIME) (en même temps, c’est pour une reine)

et au coin de la rue Titon, ce trompettiste qui donnait « La vie en rose » (tout ça)

acheté trois brins de muguet (2 euros pièce) et puis essayé de travailler un moment (chap.23 à 26), sieste lecture du journal qui venait d’arriver

 

14. OALQ, AQA ?, 1er mai 2008, 22:00

le club des cinq, le clan des sept, bibliothèque rose ; Spirou, Zembla, X13, Mandrake. Pas Brel mais déjà Brassens, Aznavour, les 5 là, les compagnons de la chanson (ou alors ils étaient quatre ?), Patachou, Enrico Macias, tout ça entre 8 et ou 12 ans, entre 60 et 65 et ensuite (pour AME) La Citadelle de Cronin (et tous les autres aussi, Shannon, sous les étoiles je ne sais plus bien, etc…)

Share

1 Comment

    et la vitrine assortie à la musiquette du trompettiste
    (y a pas que la police à détester, y a ceux qui proclament cela avec violence et ceux qui l’utilisent cette police pour que l’affrontement monte… ailleurs cela se passe bien, loin des caméras)

Laisser un commentaire