Pendant le weekend

3 juillet 855

 

 

alors comme ça le Mexique a été éliminé par le Portugal ? Putain la vie est mal faite – ou alors c’est la Croatie par les Philippines ?  c’est beau la géographie – moins que la photographie, je reconnais – (je blââââgue, je sais bien que les Diables rouges l’ont emporté et que le Brésil a gagné aux forceps, ils n’ont pas fait le voyage pour rien et l’arbitre est un vendu – je sais bien) à ce propos un cliché – chose promise (à l’Employée) chose due disait une maxime de mon enfance –

des heures, des kilos, des noyaux

les ateliers à finir – ça ne finit jamais je sais bien, mais  celui de Pierre Ménard en est à son terme (provisoire) – j’en suis où, je ne sais plus, dix sept je crois – je pars en vacances fin de mois quand même, c’est à peu près certain, j’aurai du retard à rattraper, c’est prévu t’inquiète

les centrales : je m’y mets; « il y a loin de la coupe aux lèvres » disait un proverbe des pages roses – jamais bien compris ce que ça pouvait bien vouloir dire, comme la plupart de ces choses-là (je me souviens qu’il y avait un test peut-être en 4° où on nous demandait d’expliquer quelque proverbe àlakon (oxymore ou lapalissade, c’est comme on aime))

image de la campagne dédiée aux passants d’ici

j’ai retrouvé cette photo de « Rome ville ouverte » (Roberto Rossellini, 1945) – juste avant la baffe – comme on sait, Anna et ma mère : même combat même tempérament même amour

8. nuit , 3 juillet 2008, 19:37

le « médecin » : bien sûr si vous le voulez je vous le donnerai ce dossier médical

sa « secrétaire » : ah non le médecin l’enverra à C. lui-même

la « secrétaire » porte de prison de C. : sans dossier médical c’est sûr que vous n’aurez aucune réponse, mais enfin je veux bien prendre ces papiers-là

comme l’impression de me faire balader : j’écris sur une feuille, je demande un deuxième avis, j’espère qu’il me répondra
mais elle dans tout ça ? ses mains tremblent quand elle mange, son sourire et ses yeux doucement se plissent, elle prend son drap dans ses doigts, enlève son chapeau son crâne sans plus de cheveux, puis se cache sous son drap : oui, dit-elle, puis elle remet doucement ce chapeau

Share

4 Comments

    cette tendresse qui serre la gorge quand nos tant aimés (ça marche même quand on était en guerre me dit ma mémoire) rochers sont touchés par la faiblesse

  • Heureusement qu’il y a les petites douceurs de la belle confiture de cerises pour atténuer la dureté de ces jours anniversaires.

  • @brigetoun et l’Employée aux écritures : de cette période-là – je me souviens de ces juin et juillet 08, parfaitement insupportables – les évocations du journal m’apparaissent à présent tout à fait édulcorées – comme le temps nous change, et comme la mémoire nous trouble… Mais merci , bien sûr, de vos commentaires

  • Beau champ (large)…:-)

Laisser un commentaire