Pendant le weekend

Centrales avant dernières (26 juillet 878)

 

les dernières centrales, celle de Saint-Laurent des Eaux – limite Loire et Loire-et-Cher, 2 réacteurs de 900 mégawatts chacun – pour mémoire : 17 octobre 1969 : accident avec la manipulation du coeur) (ici de loin, dans les années 2010)

( 13 mars 1980 réacteur n°2) des plaintes ont été déposées, sans doute plus ou moins classées (d’un peu plus près masquées de nos jours)

(pendant 5 ans problèmes et défaillances – Marcel Boiteux, qui dirige EDF pendant les 20 ans de 1967 à 1987 – échappe de justesse à un attentat en 1977  – une charge explosive détruit sa maison – film sur Canal plus en mai 2015) – pas facile la vie d’électricien (il fallait tout de même qu’il vînt (entre ici, Marcel) à un moment – la construction des centrales atomiques, pour la plupart date des années 70 et 80 et viennent à obsolescence d’ici à 2020 : on s’entremet pour prolonger les durées de vie de ces équipements jusqu’à 50 ans) – on annonce aujourd’hui que la centrale de Flamanville (EPR 4° génération) ne sera pas mise en service avant le premier trimestre 2020 (repoussant d’autant l’arrêt de Fessenheim, arrêt promis juré la main sur le coeur lors de sa campagne de 2012 par l’atone prédécesseur du minus « qu’ils y viennent » d’aujourd’hui) 2020 au mieux pour des soudures défectueuses et que ceci occasionnera un surcoût de l’ordre de 400 millions d’euros…) (ici belle image datant de 2009)

et d’un peu plus près

presque bucolique.
La dernière dans cet ordre est la centrale de Tricastin (à cheval entre Drome et Vaucluse)

le canal de Donzères-Mondragon en premier plan (photo 2010 – de nos jours tramée) : dans le même ordre d’idée, compte 4 réacteurs de 900 mégawatts chacun) (20 défauts sur la cuve du réacteur numéro 1 connus depuis 1993) (mais seulement deux cheminées de refroidissement comme on voit)

la voici de l’autre rive du Rhône (lequel marque ici la limite entre les départements du Vaucluse et de l’Ardèche) assez lointaine et enfin, cette dernière image à la nuit, due à Guiseppe Volo

Il reste pour terminer à inventorier les lieux de stockage des déchets (lesquels parfois ont des durées de semi-vie de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’années… – 5% dit-on des 1,5 millions de tonnes) afin de disposer d’une vue assez globale du paysage de l’industrie atomique française (manquent évidemment les diverses infrastructures des sous-marins nucléaires – presque île de Crozon- et d’autres lieux militaires – le plateau d’Albion qui a été abandonné (on ne sait dans quel état) composante terrestre qui ne fait plus partie de l’équipement stratégique de la troisième puissance atomique mondiale etc…

Les événements de ces deux centrales sont parvenus à mes sens par la lecture d’un livre (Valérie Cabanes, Un nouveau droit pour la Terre, au Seuil)

Suite à la rentrée.

Ce blog (et votre serviteur, par la même) prend des vacances durant deux semaines (qu’elles vous soient belles et profitables)

Share

1 Comment

    Au vu de ces photos googleisées (à chacun ses Champs-Élysées…), on finirait par croire que tu les aimes, toutes ces centrales : il est vrai que leurs fumées sont plus impressionnantes que celles provenant du trottoir devant le bar du Carillon le soir…

    Bonnes vacances à l’air pur ! 🙂

Laisser un commentaire