Pendant le weekend

27 novembre 1003

 

 

(c’est pudibond qui me vient, mais c’est plus puritain qui serait adapté – c’est peut-être bien des synonymes remarque – : je n’ai pas vu (je n’ai jamais vu) « Le dernier tango à Paris » (et je ne le verrai sans doute jamais) – et j’ai trouvé que les images du visage de Bernardo Bertolucci offraient une ressemblance captivante avec celles de Robert de Niro

(il faut sans doute trouver là (uniquement sans doute pour votre serviteur) quelque chose qui serait en relation avec les divers bruits qui résonnent autour des frasques de ces deux hommes)

n’est-ce pas ? Que son âme repose en paix (ou ne repose pas, ou quoi que ce soit d’autre), il a tiré sa révérence – comme on dit – mais j’ai pensé au « Conformiste » (Bernardo Bertolucci, 1970), et à « Profession reporter » (Michelangelo Antonioni, 1975) parce que Maria Schneider (troublant : au même moment, dans mon souvenir, que la sortie – ou la possibilité de voir – ce film, j’ai hésité – mais je suis allé voir – « L’exorciste » (William Friedkin, 1973) et mon puritanisme s’en est sans doute trouvé renforcé) – enfin tout ça

Un léger black-out se pose un peu sur ce journal vu que je commence tôt (huit et demi, c’est pas non plus le bout du monde) : je suis (ou subis) un stage de récupération de points de permis de conduire (4 points, 135 euros écrivais-je sur la carte postale destinée à l’aiR Nu) et la diversité des publics (sur 19 récupérateurs, 2 femmes; 5 blancs, 7 maghrébins, , 6 noirs de peau dont un Sri-Lankais, plus un Afghan, cette merveilleuse diversité qui m’a fait souvenir de cette chanson tellement idiote « c’est ça la France » (celle de Rika Zaraï qui ne vaut guère mieux que celle de Marc Lavoine) – la semaine dernière passant par la rue Cadet, il me semble bien, cette redondance des séries de ce lieu

Pour l’aiR Nu, envoyez des cartes postales au 72 rue de l’Assomption, 75016 Paris au dos desquelles vous décrirez ce que vous voulez – si vous n’avez aps d’idée (ce qui m’étonnerait) vous pouvez décrire l’environnement où vous écrivez ce que vous écrivez – c’est compliqué à lire, mais pas trop à faire… Merci d’avance (ces textes seront lus par Anne Savelli et Joachim Séné le 19 janvier prochain à la Vallée aux Loups, lors de la Nuit de la lecture).

Puis passage par la rue des Pyrénées, la façade du collège ou lycée Françoise Dolto (toujours aimé cette femme-là) où tournait (il y a quelques années) Laurent Cantet son « Entre les murs » (palme d’or à Cannes quand même, dix ans quand même présidence Sean Penn – Robert de Niro remet la palme à Laurent Cantet) (je vois qu’il s’agit du collège Jean-Jaurès dans le 19 – la mémoire et ses défauts) (et donc Antonioni encore qui faisait recouvrir les façades des immeubles d’un tulle pour y figurer le brouillard

à la télé « La ballade de Buster Scruggs » (Joel et Ethan Coen, 2018) (indiquée par l’amie Christine Jeanney) réjouissant (prix du scénario à Venise 2018)

Share

2 Comments

    pour la parenté entre ces deux visages (et pour ne pas attribuer des frasques à mon père et à certains de nos amis) j’y verrai surtout un type « européen du sud » 🙂

  • Je ne vois pas vraiment la ressemblance entre les deux portraits…

    Quant aux « frasques » de Robert De Niro, à part quelques errements de jeunesse – qui lui auront appris la loi de la rue – je cherche vainement : est-ce son opposition marquée à Trump qui te fait émettre ce jugement ?

    Ses meilleurs films, à mes yeux : « Taxi Driver » (pense positivement à lui durant ton stage de « récupération de points » !), « The Deer Hunter » et « Heat ». 🙂

Laisser un commentaire