Pendant le weekend

42 novembre 1018

 

(ces détestables affaires – tout ce sang, ces passages à l’acte effroyables, à des moments délicats pour le pouvoir… – ont le privilège d’enfumer un peu plus nos esprits, et de raffermir les théories florissantes de complot – on n’en veut plus, on n’en veut pas) (trois morts, une douzaine de blessés, combien de familles et de groupes d’amis endeuillés encore – on n’en  veut pas, c’est là) (le type qui cavale et qui va finir sous les balles, voyou probablement, récidiviste très certainement, avait vu son logement perquisitionné le matin même – il n’y était pas, c’est con) (effroyables) (en tout cas Franky va bien) on marche dans les rues tant pis

ce sont des images d’avant l’événement évidemment – elles en paraissent un peu fausses, il semble – carte postale pour l’air nu quand même

Diego, Saint Jean Baptiste et son mouton agneau j’en sais rien mais cette lumière magnifique oui – offerte par ma fille dont on a fêté les 28 piges – boucles d’oreille, Murakami en cadeau – se remettre au travail (saisir), faire des chèques aux impôts, à la sécu, avancer en âge comme il se doit – les lumières de Noël installées sur les bords des bâtiments, c’est pour faire joli – mais finalement, dans toute cette glaise, cette boue, cette haine de l’Etat, est-ce que ça ne nous paraît pas tellement inutile et gâché ?

non, il nous faut de belles images et de belles couleurs de la lumière pour y voir mieux (ce qu’on hait, dans le froid, c’est qu’il nous impose des douleurs) on prend l’autobus

on arrive par ici, retour par ailleurs, courses timbres/bijoux/livres/champagne/antibio/calmant/bain de bouche, on invite à dîner, on espère du cinéma (et du bon) on est terriblement triste et affecté – un pied, l’autre, puis encore puis encore – au détour d’une rue, un arbre et des couleurs quand même

 

Share

2 Comments

    si il nous faut de la beauté même de l’ersatz de beauté, au besoin pour nous occuper à la trouver dérisoire… je pense aux gens confinés pendant des heures, et aux réactions bonnes ou piètres qui finissent par créer une micro société… n’oublieront pas

  • Souvenirs de Strasbourg et de ses Weinstube… Parfois, beaucoup de choses paraissent soudain dérisoires mais elles font aussi notre vie : il faut s’y raccrocher.

Laisser un commentaire