Pendant le weekend

14 janvier 1051

des images du monde

A comme Arkhangelsk

redoutable – je ne sais pas bien me servir de l’affaire, mais j’apprends – redoutable, cette cinquième proposition d’atelier – hier visite de l’exposition la photographie une arme sociale – le catalogue de l’exposition est probablement une merveille mais il se négocie à 49 euros, ce qui fait mal et me fait souvenir d’un type qui parlait dans le poste, je ne sais plus vendredi je crois bien qui disait en substance que l’opéra n’était pas un divertissement de classe puisque plus de 45 pour cent des places étaient à moins de 70 euros – ça vous a un goût de pourri, ou c’est moi ? – sans image, trop de monde : mais à voir, vraiment – le monde, ça n’a pas le pouvoir, pourtant, de faire cesser l’action mais, cette fois, oui – marche dans les rues, marché sans images non plus – rédaction d’un billet pour la maison[s]témoin qu’on va garder sous le coude, probablement – à terminer (c’est fait) – à base d’images déjà utilisées, un peu comme restées sur le bureau – télégraphique, le style – vous je ne sais pas mais moi, j’ai la vague sensation de m’être fourvoyé en choisissant (?) l’écriture –

J comme Jakarta

j’ai retrouvé cependant cette affaire de couscous à Aubervilliers qui me parle un peu – l’année dernière, à cette même époque, j’avais des velléités de tenter d’écrire l’histoire d’un grand-oncle, la recherche s’est avérée foireuse – aujourd’hui, je finis, je cesse, j’arrête – avant le briefing et le debriefing et le briefing février

M comme Malmö champ d’éoliennes

huit heures, j’arrête – je fatigue déjà

à la télé (pour mémoire, mention zéro) Donnie Brasco (Mike Newell, 1997)

W comme Wyniard Tasmanie
Share

1 Comment

    le 5 pas commode, oui
    avais programmé de tenter aujourd’hui où suis coincée pour livraison d’un aspirateur
    mais ennuis dans livraison, pas de renseignements, radio qui dit les manoeuvres du petit chef, suis à bout de nerfs (on devient fragile en vieillissant) alors ben le 5 rode mais hors de question
    en rire
    lire la maison témoin et aimer ce voyage (et la dédicace)

Laisser un commentaire