Pendant le weekend

28 février 1094

(le téléphone en rideau : plus une seule photo – tout le mois de février se retrouve perdu) reçu ce mail magnifique :

Bonjour,

Nous sommes à la recherche d’un post sponsorisé et écrit par vos soins sur votre site pendantleweekend . net.

L’article devra contenir un minimum de deux paragraphes en relation avec le monde du casino ou les paris sportifs et un lien vers l’un des sites de nos clients.

Nous pouvons payer directement sur votre compte PayPal après le post publié.

Sincèrement,
Marie

je ne sais pas pourquoi je me suis mis à penser à des casinos, qu’en termes innocents ces choses-là sont dites hein, des paris sportifs.

Et d’autres casinos d’autres paris – la ville, celle où je vis depuis cinquante ans, est-ce bien ainsi qu’elle se nomme ? – sportifs, loto totocalcio et le bazar outre Manche, avec ses « bookmakers » (faiseurs de livres ?) (le monde se retourne – malheureusement, je ne dispose pas des liens idoines – on aurait crédité mon compte : je n’en possède guère… – on aurait fait ma fortune

(cette fortune qui fait briller les yeux – on a envie de vomir, souvent, mais on se calme et on attend – je ne sais pas trop quoi) (mà! che casino! , en italien, veut bien dire bordel, pourquoi pas après tout ? tout est à vendre, comme on sait) (je n’ai pas répondu)

J’écoute du fado – en ce Portugal pourtant, gît quelque chose – avec ce pays quelque chose que je déplore, je n’aime pas, sans doute cette ouverture vers le large, je suppose (j’apprends qu’Amalia ne mesurait pas un mètre soixante – que le jour de mes cinquante sept ans, la mairie de cette ville d’ici, ce Paris croulant sous une pollution micro-particulesque et diesel vieilles caisses au rebut, cette ville lumière tamisée, sans doute, a inauguré une promenade en son nom, Amalia Rodriguez, dans le dix neuf – qu’elle entretenait des liens avec la dictature (mais qu’elle promouvait le parti communiste honnis de cette saloperie de Salazar) – un peu tout, un peu n’importe quoi,comme d’habitude, des bruits de canalisation d’eaux usées – que ce six octobre se fêteront les vingt ans de sa disparition (maladie du coeur, dit-on) – j’apprends des choses, j’écoute cette marche Grandola Vila Morena

Souvent, dans les rues, en marchant tranquillement, vers le boulot, ou en en revenant, mal aux pieds – aux genoux – aux hanches – on rit, on parle, on met en place les voyages, les volontés, les troubles ressentis après le ciné, on marche, et seul, les larmes viennent – comme celles des Portugais, excessives et profuses exagérées foisonnantes immodérées (par la même occasion, cependant, on sait que l’amour est parti au delà des mers, et que, peut-être, sans doute, il ne reviendra jamais) – et puis elles s’en vont

des fleurs pour ne pas oublier – ni oubli, ni pardon – le mois de février et surtout,continuer à écrire

Share

3 Comments

    je déteste la première phrase
    j’aime tant : « bookmakers » (faiseurs de livres ?)
    et quoiqu’on dise j’aime Amalia depuis mon enfance

  • « Casino », un film américain qui envoie nombre d’autres à la corbeille (soyons polis) d’un coup de roulette – je ne te fais pas le détail avec nom du réalisateur, date de sortie, générique avec tous les acteurs, le nom du producteur et la marque de la caméra… 🙂

  • @brigetoun : moi aussi
    @Dominique Hasselmann : c’est pas son meilleur (je préfère Ragging bull) (chacun sa vie)
    Merci du passage, vous deux

Laisser un commentaire