Pendant le weekend

18 mai 1074

 

 

(est-on un peu dépassé par la noirceur des temps ? la douceur du printemps ce matin en allant chercher le pain pourtant – comme quoi rien ne se transforme tout reste égal pareil par ailleurs) hier, un film (56 minutes) de Pauline Julier, « Naturales historiae » lors d’un séminaire bénévole (« Esthétique environnementale et citoyenneté« , 9° séance) (merci de l’accueil…!) édifiant – guest stars Bruno Latour et Philippe Descola – à l’invitation de Nely Debrova.

Trois étapes du temps et de l’espace – à voir dès que possible…

Une belle histoire du monde contemporain nous y est contée par un Bruno Latour toujours amusé : « nous sommes tous dans un avion, et nous allons atterrir – seulement le commandant de bord annonce que l’aéroport de destination n’existe plus et que nous rebroussons donc chemin. Seulement, là d’où nous venons, ça n’existe plus non plus… » (#343)

(en droite ligne du musée de la chasse et de la nature (nature, quelle nature ?))

Vingt sept – on compte, comme les jours de la loi scélérate – l’immonde fille du borgne se pavane et le Missouri (dans un même élan humaniste, généreux  et intelligent que l’Alabama) choisit de restreindre les recours possibles à l’avortement (surenchère à la brésilienne, à la polonaise, à la noirceur de ces temps)

brrrr…. on va travailler quand même…

Bon week-end (et quelques roses qui viennent des cadeaux à TNPPI)

Share

2 Comments

    Le lion est descendu d’un générique américain… 🙂

    « La démocratie, ce n’est pas le samedi après-midi ! » a déclaré hier Macron à Biarritz (il surfe sur la vague des Gilets jaunes) : oui, ce sera plutôt dimanche 26 mai.

    À moins que notre hyper-président ne supprime… le samedi (après l’ENA, on peut s’attendre à tout) ! 🙂

  • ne supprime pas le samedi mais le dimanche ce qui revient au même (les banalise plus qu’il ne les supprime, deviennent des jours indistincts) – pour l’ENA n’en a plus besoin… ses amis et suiveurs non plus par contre la loi en discussion actuellement facilitera l’engagement en contractuel, passant devant ceux issus de concours, de gens jugés compétents pour les postes de hauts fonctionnaires, avec facilité accrue pour les va et vient
    (toujours chercher ce qui se cache derrière les mesures soit disant désirées et bonnes…)

Laisser un commentaire