Pendant le weekend

7 juin 1094

 

 

 

 

en reconstituant les images que j’avais sous le coude, et en parlant avec cet éditeur (l’entretien est à venir pour l’AiR Nu et sa petite fabrique) j’ai trouvé une raison de me mêler à l’atelier d’été organisé par François Bon  si j’y arrive (la grande lassitude que je ressens, comme le départ d’autres amis – comme le Cosaque des Frontières – s’additionnent et le temps passant calcifie un peu la pratique) malgré tout, les choses changent et on trouve au monde quelques explications

on notera la belle marquise verte (on ira, un jour, vers cinq heures) (hommage à Jean-Bernard Pouy plus qu’à Valéry qui repose au cimetière alors que le grand Georges est sur la plage)

Je suis passé par une librairie du boulevard rive gauche (je me suis souvenu de la variété des recueils donnés (façon de parler) à lire au Divan, et de la mezzanine de la Hune) – des images

(je n’ai pas osé me l’offrir – kézako Lux ? ki c’est ce Burdeau? même pas ouvert, on verra on verra) (la haine pour cette vulgarité de l’image quand même aussi certainement)

Puis celle-ci (magnifique) (entre temps, passé aussi par le cours au collège de France du Roland furieux (Barthes happé par un autobus pensait à autre chose)

(j’aime son collier, à Simone) (je l’aime, de toute façon) (son Montand aussi tout autant – ici en image il danse sur cette chanson formidable qui fait « Dans mon usine de Puteaux/on peur dire que j’ai le fin boulot/ça faisait bien 365 jours de long/que j’vissais toujours le même sacré petit boulon » etc. (Luna Park) 

(26 738 vues) (paroles Jean Guigo, musique Loulou Gasté) (et après « le travail c’est ahurissant/pour le corps c’est bien salissant/quand je touche ma paye vers la fin du mois/ je sais qu’à Puteaux y’a des gars plus riches que moi… »)

Share

2 Comments

    Il est rare de voir Montand avec une barbe (les lunettes de « L’Aveu » lui vont mieux, finalement !)… 🙂

  • avec ses défauts, on ne pouvait que l’aimer bien, et puis, sans trop creuser, faisaient un couple.
    L’atelier d’été, peut-être si vous y allez (il me sera je ne sais pourquoi moins intimidant, y a trop d' »écrivains » même en devenir dans le groupe)

Laisser un commentaire