Pendant le weekend

mardi 2 juillet 1119

 

 

 

quelques jours à la campagne pour tenter d’échapper à que ce qu’on nous prédisait – il y a vingt – et en 1972 à Stockholm – mais qui désormais est établi : des ondes parcourent le système climatique provoquées sans doute pour partie par l’homme sans qu’il s’en conscientise et des épisodes violents s’abattent sur lui (la colère de dieu ou quoi que ce soit d’autre, en Auvergne cette nuit, hier à Guadalajara, et donc la semaine dernière) – j’illustre d’images prises ici ou là (là,ce fut en réunion  de conférence numérique, au forum des images – ça n’a que peu de rapport sinon l’aveuglement)

ce sont trois personnes équipées de ces casques magnifiques de réalité virtuelle augmentée ou tout ce qu’on voudra – à pleurer de rire ou de rage, je n’ai pas réussi à me déterminer – le fascisme règne en Italie (là où j’ai passé ces derniers jours, les voix d’extrême droite – cette charogne puante – ont atteint la moitié des votants – élections européennes, la moitié des inscrits a voté – l’immonde n’est pas à nos portes, il est là)

on ne le perçoit pas très bien, mais l’homme debout est en tongs, c’est le monsieur Loyal de l’opération – mais on ne s’arme pas encore, on proteste (hier j’entendais incidemment – je cueillais des cerises napoléon – que Simone Weil avait appelé à la lutte armée contre Hitler en 1938 – le fascisme s’attaque aux Noirs, aux Maghrébins, ce racisme écoeurant porté et défendu par l’Europe elle-même : est-ce ainsi que les hommes vivent demandait Aragon – eh bien, oui

ici monsieur méta (c’est son nom) qui actionne les dispositifs, augmenté d’un casque, d’un portable, d’un micro, et d’autres choses encore en forme d’algorithmes,  de logiciels et d’applications, le tout pour créer quelque chose que je n’ai pas réussi à comprendre)

(je n’ai pas non plus tellement suivi, et m’en suis allé) – les deux capitaines de bateau (Carola Rackete et Pia Klemp, deux capitaines de bateau du genre féminin, tiens donc, en avance comme pour #Metoo – c’est ce qu’on aurait envie de leur dire) sont assignées à résidence dit le canard, insultées mais aussi applaudies, et soutenues ici par le peuple : on n’entend rien de la part des grands de ce monde, pas un mot serait-il traître, rien – cette honte bue qu’ils arborent à Osaka ou ailleurs, cette ignominie…) (et notamment le petit costume cintré bleu qui avec un sourire jésuitique sert la soupe à l’immonde

un air de daladier ?) à quoi on ne peut rien opposer sinon

on peut signer, signer et on peut crier pleurer hurler s’armer peut-être – le truc est là…

va falloir s’attacher à TOUJOURS – rien lu de l’atelier;

pas été au cinéma; pas vu de film, de télé, écouté de radio, de loin en loin – on s’échappe du monde ? Non, pas encore, des choses à faire – on continue, et on s’acharne, il faudra bien avancer, encore et encore comme dit la chanson – pour finir et pour nous aider

 

Share

3 Comments

    les réalités augmentées moi qui aie tant d’amour et de mal avec la réalité tout court me donnent furieuse envie de revenir aux débuts de sapiens ou plutôt à Néhendertal parce que petite tendresse pour ce vaincu
    mais bon pense que pour une femelle ça ne devait pas être plus facile… et y avait-il déjà des capitaines fermes et fières (et belles – si grand merci à elles) sans doute mais juste dans la discrète préservation de la survie et poursuite

  • Les coquelicots résistent…

    Et, quelle surprise !, pas un mot de Macron sur Carola Racketete la battante, « L’Antigone de Kiel » (article hier de Laurent Joffrin dans « Libé »).

    Macron fait la leçon aux dirigeants européens comme s’il était le chef du monde – « Atlas », comme l’a baptisé sa prof, ni géographique ni écologique – et c’est insupportable.

    Pendant ce temps-là, « bavure » policière à Nantes puis à Paris, pont de Sully : les choses suivent leur cours aquatique. 🙁

  • Voila l’article de Laurent Joffrin cité plus haut… 🙂

Laisser un commentaire