Pendant le weekend

Samedi 13 juillet 1130

 

 

c’est un peu ahurissant (ou n’est-ce que rigolo ?) malgré tout ce personnel politique qui est censé être aux commandes de la nation, non ? Peu importe où on tourne le regard : concussions, prévarications, abus de pouvoir, mensonges éhontés… Quelle panoplie (la jeunesse sans doute de ces éléments, le brassage, la nouveauté des fonctions : les anciens avaient probablement une connaissance plus profonde des mécanismes et des façons de détourner les lois qu’ils votaient eux-mêmes)  peu importe ? L’argent des impôts ou de la taxe sur la valeur ajoutée, le lancement d’un sous-marin à propulsion nucléaire – il paraît qu’on en construit cinq autres… – ça se passe dans le Cotentin là où on s’affaire du côté de Flamanville… Fait beau, sinon…

Promenade parce que le rendez-vous s’est annulé (il était prévu, cependant, à l’agenda, de se diriger vers cette avenue Rachel) et comme il faisait beau, en arrivant je me suis saisi de trois petits cailloux que j’ai déposés sur les tombes de mes morts (il y en 3 : lesquelles sont habitées par de bien nombreux vestiges – ici, 6;

là, 4

et là-bas, 2

) – je n’ai pas nettoyé, j’ai découvert trois pierres sur la seconde – tout ça est bien macabre – mais ce sont des choses dites et faites) le matin même

ou le même matin. Par ailleurs, je tiens toujours dans une de mes poches une petite cuillère – tel est mon tribu à la mémoire de Marcelline et Simone – quelque chose de ce  siècle dernier, en accord avec mon grand-père – tout ça est bien macabre

Sortir, au soleil, regarder le boulevard, s’en aller

au ciné La femme de mon frère (Monia Chokri, 2019) comédie canadienne enlevée et drôle – on pense à Judith Davis et à son « Tout ce qu’il me reste de la Révolution » qui n’était pas mal non plus)

 

 

Share

1 Comment

    oh surtout ne pas refuser le un peu macabre s’il est doux et lien (c’est ce qui fait de nous des humains)

Laisser un commentaire