Pendant le weekend

1220 Mercredi 16 Octobre

 

 

 

 

je fais des mails – pour quoi faire ? – je regarde passer le temps (il s’avance, bientôt le tunnel toussaint-noël- trois mois d’errance) (sans solde, misère) – je continue mais je n’aime pas ces mois (ceux des huîtres aussi bien) (le matin, chercher le pain dans la nuit c’est un peu comme le boulevard de la mer, c’est con) le mur continue son lifting

(on remarque le lâcher du bras du type sac-à-dos bleu) – les travaux avancent – c’est sans doute cette métaphore qui me convient –

je me souviens cependant que dans cette image, ils sont là, ils sont trois et ils bossent – ici (attention, ils sont difficiles à distinguer)

puis ici encore (portant un sac vide et blanc)

et là, en haut se penchant

(est-il nécessaire de préciser que, comme pour monter les échafaudages, il s’agit de manoeuvres de couleur  – noire ou bistre comme moi) (les classes :des ombres…)

Commémoration hier

dix ans

couscous royal comme de juste

Joies et bonheurs.

En maison[s)témoin on trouvera la retranscription d’une causerie donnée par Nurith Aviv après la projection, dimanche dernier, du « Daguérréotypes » de madame Varda.

 

 

Share

2 Comments

    Échafauder une vie… 🙂

  • et la constuire et éventuellement maquiller

Laisser un commentaire