Pendant le weekend

1249 jeudi 14 novembre

 

 

ce silence a quelque chose de bizarre- mais ça ne fait rien, je fais du café – j’ai tendance à l’interpréter (le silence, pas le café) négativement – mais tant pis, je continue, je marche, je vais partager une pizza au chorizo avec mon pote sur le départ j’écoute mes enfants, je tente de les aider, je ne travaille pas parce que mes machines s’y refusent, je lis, découpe, tente de comprendre (hier soir un sms de mon frère « je vais faire du café » vers neuf heures du soir) – le forum et ses lumières

équipe/libé/fig dans le poste – un jeune homme de vingt deux ans s’asperge d’essence et y met le feu devant le crous (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) – un type dans la nuit ramasse les ordures laissées là par ses contemporains –

les lieux du travail – travailler encore disait l’autre (cette magnifique chanson) – la pourriture qui hante la Bolivie, celle qui s’exerce en Espagne par cette saleté de vox, ici même les voix des fumiers du front national grimé en rassemblement (cette hypocrisie), la honte (la chanson « Anne ma soeur Anne » ou celle de fugain « la bête immonde« ) – un peu de peinture sur la vitrine, pour faire propre

passage non loin du garage transformé en musée et fermé désormais – on va y travailler

(je salue le musée TRANsitoire) avance camarade

 

 

Share

2 Comments

    un peu de peinture sur la vitrine, pour faire propre
    symbole

  • Tous les musées devraient être transitoires (celui de Beaubourg à Paris a fait une jolie « transition » à Metz)… 🙂

Laisser un commentaire