Pendant le weekend

1289 mardi 24 décembre 2019

 

 

(ce sont des moments réguliers – on aimerait être ailleurs – souvent on part, on partait peut-être – pas cette année – voyage à Rome) (un mail du nom d’une de mes soeurs « peut-on parler par m@il ? » cette affaire, puis le suivant « ré-salut (…) envoies moi mille euros je suis tellement malade » même si on croie en l’humanité, jte jure quelque fois – il y avait une incise de ce genre dans « seules les bêtes » (Dominik Moll, 2019) (bof : inutilement pervers) – mais le truc qui fouille les entrailles quand même (au premier j’ai répondu « oui bien sûr » et puis au deuxième (parce que je suis crédule – je n’ai pas fait trop attention aux fautes de frappe mais elles étaient là) « si je peux t’aider ? Dis moi, je verrai si je peux – c’est pas facile mais on peut quand même passer sur ces différends idiots. Dis moi » comme un abruti) – puis j’ai envoyé un sms qui m’a répondu »bonjour mais vous êtes qui ? » je me suis dit « c’est définitif » et on m’a dit « vous faite erreur » – j’ai noté la faute d’orthographe – et j’ai cessé – j’ai vaqué aux affaires de ces temps – mais ça a été là, et ça a blessé (ça a été à cette occasion que je me suis rendu compte que je ne pouvais plus joindre mes sœurs – je ne peux pas dire qu’il y ait là du regret)
(add. du 25 au matin : cependant un mail pour me tranquilliser hier soir – mardi)
je me suis dit « elles sont parties en voyage  » (cette jolie (mais un peu concon) chanson de Mireille (elle est avec Jean Sablon, t’inquiète, il part avec elle à la fin) probablement (l’esprit tellement français…) – la plaque du 36 rue Montpensier Paris 1 je me souviens) – c’est Noël c’est pour ça – on a été au ciné

précédé de 20 minutes de publicités (pour les pires ordures de la planète, gafam et bernard et françois plus walt et les autres) un film noir et américain (on a reculé devant les « scènes de sexe nombreuses » d’un film brésilien (et tout autant américain que le précédent) – le 48 fonçait dans la nuit, il pleuvait, nous étions déjà aujourd’hui…

Bon réveillon, s’il se peut (on passe en mode trêve grève cool)

 

et donc au ciné Motherless Brooklyn (L’orphelin de Brooklyn ; dix sept plans minimum du ou avec (et donc un des premiers rôles) fameux pont) (en français Brooklyn Affairs) (Edward Norton, 2019) pas si mal (bisous tout le monde)

Share

4 Comments

    Le film brésilien, vous auriez pu le voir quand même à mon avis, il y en a mais pas tant que ça et pas que ça. Bon réveillon à vous de même !

  • @L’employée aux écritures : bon d’accord – on ira demain…:°) et merci

  • quand une publicité est dissuasive (le film brésilien 🙂

    à part une suis tranquille pour une fois JE SAIS que mes soeurs sont en voyage

  • @brigitte celerier : Jeanne Moreau disait « ce sont des choses qu’on fait mais qu’on ne montre pas « , et elle n’avait pas tort – au cinéma une scène de lit passe, une scène de repas passe encore,mais plus, non… Mais je vais quand même suivre(si j’y arrive) le conseil de l’Employée… Bonnes fêtes à vous (et merci de vos commentaires, signalements et tout et tout)

Laisser un commentaire