Pendant le weekend

Journal de l’Air Nu (#24, 25, 26)

24. Mercredi 8 avril 2020 (prédire)

lessive – soleil – l’histoire lue quelque part dans un article sur Orange Mécanique (1972, Stanley K. adapté d’un roman d’Anthony Burgess) au sujet de l’auteur du livre (quoi qu’il en soit du malade imaginaire ou du médecin malgré lui) (ou mieux, parce que Louis Jouvet, de Knock – « ça vous gratouille ou ça vous chatouille ? ») : les médecins avaient prédit à cet Antony sa mort au plus tard dans douze mois quand il entreprit d’écrire cette orange amère (très amère) mais mécanique : il se dépêcha (il avait une tumeur au cerveau je crois bien), mais vécut vingt cinq ans de plus – comme quoi, on peut se tromper, n’est-ce pas ? – c’est d’ailleurs la raison (le mot est juste) pour laquelle ce gouvernement de fantoches et de « connards » (ce n’est pas moi qui le dit, je cite Frédéric Lordon, lui-même citant Claude Askimovitch, chroniqueur de la radio France angoisse) et son chef (même qualification) et le président (idem) de ce pays s’entourent d’un comité de médecins : c’est important – ce sont des artistes – la médecine est un art, non une science – les progrès mirifiques qu’elle a réalisés ces derniers lustres ne sont pas en cause – pathétique – collectionner ses A2D pour en faire un florilège ? Fuck off.

le cerisier du 8 avril

Début soixante, il s’embarque en avion je crois bien pour la capitale de la France laquelle n’était plus, depuis quelques années (quatre je crois), la protectrice du pays – dans mon souvenir, j’avais l’impression qu’il avait une chambre à l’hôtel Montana mais je me suis trompé, je crois, je ne sais pas exactement, sur la petite placette qui abrite le terminus du 86

se nomme Madison l’hôtel – a bien changé

– ou qui l’abritait, ça a changé le 20 avril dernier je crois – je suis perdu dans les autobus à présent – le 20 passe près de chez moi – il faisait Gare de Lyon, Gare Saint-Lazare mais on en a changé l’itinéraire – en tous les cas, il alla visiter un médecin lequel lui prédit (les médecins aiment-ils à prévoir ?) une mort prochaine : on lui donnait six mois tout au plus – de sa maladie, je ne sais rien sinon urémie – urée formule CO(NH2)2 – l’homme avait trente six ans, une femme et quatre enfants de l’autre côté de la mer et son travail dans ce pays assez compromis – je ne sais pas exactement d’où me vient cette histoire, mais mon père mourut douze ans plus tard, je ne suis pas certain que ce soit de ce qu’on lui avait administré comme prédiction ou diagnostic – j’ai de ce fait une certaine appréhension vis à vis de cette corporation (à laquelle un de mes grands oncles appartenait cependant) – ce n’est pas que je l’ostracise, dieu m’en garde (comme aurait pu dire ma grand-mère), mais je m’en méfie – j’ai particulièrement apprécié, par exemple, ce qui est développé dans « La maladie de Sachs » de Martin Winckler (et pas seulement le recours, pour le pseudonyme de l’auteur, à la fiction de monsieur Perec) – ces temps-ci, quelque chose se manifeste dans les dires de certains (le type de l’agence de santé du grand est ; le préfet de police de Paris, ce genre de personnes) (à vomir) –

le soir après la veillée (constituée de lectures, mots croisés, sudokus, manilles, films de SK ou FF ou autres) le lever somptueux de la lune, pratiquement pleine – rien n’efface jamais la perte des gens qu’on aime, sinon peut-être le temps – sinon peut-être les astres –

25. Jeudi 9 avril 2020 (salaud) (censuré)

cette façon d’écrire pour dans une semaine, je ne l’ai pas réfléchie, tu vois – je me suis réveillé avec cette question « où sont donc les black-blocks ? » – et cette autre qui n’en est pas une « merde j’ai pas pris « les furtifs » » – on l’a offert à G. pour noël je crois pourtant – non je n’écoute plus guère la radio mais il paraît que (censuré) (pardon, monsieur le wtf président) va parler ce soir (add. du 16/04 /2020 : ce speech eut lieu les larmes dans la voix le lundi suivant) (fuck off) – c’est parvenu à mes oreilles – il va nous donner deux semaines de rab minimum – à la radio j’espère – il paraît que dans ce beau pays, une bonne dizaine de millions de personnes ne dispose pas encore de nino intelligent ou élégant, et ils ont bien raison – j’ai enlevé la puce du mien : fuck off à nouveau – je me fais du souci pour (censuré) je crois qu’il a eu vraiment (très) peur lors des actes trois et quatre les (attends je regarde) un et huit de décembre dix-huit – il voyait déjà la tête à bobonne au bout d’une pique – et la sienne un peu plus tard (Marie-Antoinette avait-elle quarante ans quand on la lui coupa ?) (2-11-55/16-10-93 : 37 piges) de Lorraine – non l’histoire ne bégaye pas (d’ailleurs elle mourut neuf mois après son roi seizième des Louis de mari)– il faut dire qu’avec des gens dont l’ampleur de l’intelligence se compare avec celle d’un Olivier V. ou d’un Cédric O on est sans doute à l’abri d’un coup d’éclat, j’entends bien – pour monsieur le (censuré) il avait déjà fort à faire avec son minus barbouzé alias alexandre « fils » B. – non, on ne refait pas l’histoire, non (le coffre-fort, les passeports, les armes avec le Tchad, j’en passe je laisse) (histoire ancienne à peu près oubliée : comme le temps passe pas vrai ? je veux dire : malgré tout) (quand il a dit « nous sommes en guerre » il a utilisé le nous de majesté, et parlait de la guerre qu’il mène à son propre peuple, tu vois le topo) –

26. Vendredi 10 avril 2020 (petit comme le monde)

on se réfugie dans la fiction, on avait l’habitude de parler de choses qui nous intéressaient, qu’on aimait, le cinéma, les arts peinture ou danse on aimait aller voir une exposition, un spectacle, quelque chose qui nous informait sur nous, notre nature par exemple, notre âme, notre psyché, on tentait de découvrir des impensés, des merveilles des choses magnifiques sur l’inventivité et l’origine des choses et des humains : le point de vue s’est retourné vers le nombril, la santé on ne parlera plus que de ça, tout est là – le monde est « à genoux »l’économie en état de « mort clinique » et micron (censuré) ducon le PR va voir un gourou qui prescrit des médicaments « miracle » : comique troupier ? Eh oui (on a demandé aux journalistes de ne pas rester là – on avait dit qu’il parlerait mais finalement il a préféré envoyer ce message-là : voyez comme je me promène ? comme nous nous promenons ? ce ne serait que pitoyable, on dirait « ah bah il a la bougeotte » et on parlerait d’autre chose : là, les affaires étant ce qu’elles sont, et les amitiés Sanofi ce qu’elles n’ont jamais cessé d’être, il faut faire des visites de commis voyageur – samedi dernier, on en parlait dans le poste bizarrement en donnant la parole à une sommité de la marque : c’est pas beau ça ? ) –

vingt six épisodes et toujours pas de plan, jte jure que j’ai essayé, je me suis mis à ma table (une planche acajou qui faisait bois de lit posée sur deux tréteaux) j’ai recherché Robert Wyatt et « Sea Song » que j’aime tant (le générique de l’émission cinéma de Radio Ivre – le théâtre Noir et le studio de la place du Tertre) (des souvenirs que je n’aime pas et pourtant il y avait là Alain Chamfort et le pianiste, ça m’échappe, son nom) (ami de Barbara tout ça, ça reviendra, carnet à spirale et encre sympathique) (William Sheller, c’est ça) (j’aime que Sea Song et les 37 mers du globe correspondent ensemble) j’ai regardé la liste qu’un jour, dans le restaurant bar de la rue Compans je crois bien – indien greko turk quelque chose – j’avais commencé à construire – et puis je suis parti sur autre chose – il est temps de se retourner tu crois ? – on a posé du lambris dans le petit cabinet au bout de la cuisine ; Y. est venu rafraîchir les pommiers et il en a profité pour aiguiser la tronçonneuse orange – du bois qu’il faudra réduire, le poêle est petit comme le monde, j’ai recherché la hache sans la trouver, il y avait marché hier, la file de gens moitié-moitié masqués ou pas, à neuf heures, deux cents mètres, à douze, deux – non, la fiction ne vient pas – elle ne viendra pas, elle ne viendra jamais (les « toujours » et les « jamais » ce que c’est agréable et doux : enfin des certitudes) – ça ne fait rien, je me mets en marche –

Share

Laisser un commentaire