Pendant le weekend

1504 22 Juillet 2020

 

 

 

rien de spécial mais marcher, aller – sur la passerelle que j’emprunte fréquemment, on tournait du cinéma ou de la télévision, c’était appliqué et sérieux « non monsieur vous ne pouvez pas passer non » – j’ai pesté contre la privatisation des jardins, des lieux publics, des promenades – je peste assez souvent, mais ce n’est pas bon pour moi (sans image donc) mais petit métier plus tard

(en hauteur) courses puis retour puis une dernière fois au garage pour la liste – sans facture, sans justificatif sans rien – marcher un peu, prendre la deux, honorer les miens vers Berlioz (rituel

 

) croiser ensuite une malheureuse machine agonisante emprisonnée esclave

pauvre chose – marcher revenir Condorcet (une espèce de regard trois étoiles pour L’employée aux écritures

), Trudaine, Dunkerque, gare du Nord (achat du journal papier – 2.8 e quand même – luxe quotidien rare – série Belmondo bof)

un verre à l’ombre avec apap puis raisins secs/carottes/courgettes/salade – repas- travail léger, rien en ce qui concerne le terrain, la profession, gagner sa vie – une demi-heure au téléphone à attendre une réponse (qui ne vint pas) d’un cabinet médical de wtf consultation de check-up fuck off, révision des 67 je suppose quelque chose de ce genre – fatigue infernale (les kilomètres sous le soleil sans chapeau, c’est une erreur même si on profite largement de l’ombre) – un film Mordillat, chanté (Mélancolie ouvrière, le livre était bien (Michelle Perrot, Seuil), le film est parfaitement limite) – non, finalement, rien

qu’est-ce que ça fout là ? je ne sais – mais c’est là – je termine « Nous combattrons les ombres » (Lidia Jorge, Métailié) (tellement triste – si bien)

Share

3 Comments

    c’est pas gai, alors l’écrire doux

  • Flics masqués (mais matricule aussi ?), ça peut rassurer ?…

    Ici on bloque les deux ponts tounrnants pour les voitures : mais à quand la circuation automobile entièrement interdite à Paris, ce serait plus simple, même le GPS s’y perd !

    Enfin, je ne pouvais voter quand même ni Dati ni Buzyn… 🙂

  • @brigitte celerier : oui allons y mollo
    @Dominique Hasselmann : on est bien seul dans l’isoloir…

Laisser un commentaire