Pendant le weekend

1513 31 Juillet 2020

 

 

 

une certaine tendance à perdre son azimut – ça ne fait rien : les choses restent assez semblables (un passage chez le médecin « je vais partir rejoindre mes enfants en Israël »  – comment ça, vous émigrez ?  Il rit, »tout le monde a envie de vivre avec ses enfants » – ah bon…? euh… oui, en effet mais ils ont leurs vies hein… – il prend ma tension dix sept douze – merde fais-je – prise de sang et cetera – on brait ?)

dépassé par celui-ci

en vélib, chauve costume beige de lin – soleil sur le pont canal – le plein d’essence à 1,379 le litre quand même malgré tout – le même

j’apprends que la police fédérale s’est retirée de Portland – c’est quand même le moins – et que le peroxydé commence à flipper (sale type) – que la gouverneure de l’Oregon se revendique LGBTQ (enfin bisexuelle) – pour ce qu’on en a à faire ? ces complexes-là… –  il fait trop chaud pour travailler (et d’ailleurs, on n’obtient guère de réponse mais OSEF un petit peu) – prise de sang doublée d’un passage chez le cardio – fuck off – il est adorable remarque bien, mais prend quand même 60 – des rêves à n’en plus finir, de la transpiration, de l’angoisse et de la peur – c’est comme ça la vie – image manquée mais au hasard des fleurs du carnet de cinéma

 

 

 

Share

1 Comment

    d’accord sur tout y compris sur il fait trop chaud pour travailler et admiration mêlée de culpabilité et d’affreux souvenirs (la canicule après opération) pour ceux qui travaillent – avez, ont, mes penses ce qui ne change rien

Laisser un commentaire