Pendant le weekend

1526 Jeudi 13 août 2020

 

 

 

ça n’est plus la réclusion – je m’informe des disparitions, je m’informe des obligations : saluerai-je Kamala Harris comme (toute proportions gardées, mutatis mutandis etc.) Camélia Jordana ? oui mais je me souviens de celui-ci

dans ce si joli pays – maxé jusqu’à l’extrême – je suis allé consulter (seize-dix de tension artérielle : une petite pilule tous les matins, rose et innocente) – en revenant recroisé cet objet

fiché à sa même place (mais peut-être mieux cadré ? ) (toujours aussi photogénique)

puis j’allais rue de Solitaires comme schmoll (sous le lien son interprétation de la 10 de l’atelier) (complètement oublié le codicille de la 10 en me rendant compte que deux histoires de ma contribution figuraient déjà dans le précédent travail ciné de l’atelier) (trop de choses écrites et laissées vives et mortes)  quand je croisai ce Palais Royal de Belleville, interdit de visite (gated community avant l’heure j’imagine) (on appelle ça villa vers Mouzaia mais les passages sont ouverts) (on nomme cette prison Villa Montmorency dans le seize, entre-soi vigiles-chiens vidéo surveillances zone de non-droit, on en passe et des pires)

ce sont les vacances, alors on vaque (ici le petit intérieur si joli où j’ai emprunté

« Adieu Volodia » en lecture) – plus d’autres, finies les relectures de Mémoires d’Hadrien, sociologie de la voiture et d’autres que j’ai déjà oubliées – je travaille c’est en pure perte – je vaque, ce sont les vacances mais ce n’est plus la réclusion (internet défaillant) (orage pluie tonnerre et tombereaux d’eau)

le 15 août est la limite de la fin des réminiscences de décès, disparitions, pertes de tous ordres – mais ça ne se termine jamais non plus – travailler encore, respirer, souffler (la farmacienne « hydratez-vous bien », c’est ça,oui, hydratez-vous – j’ai vaguement décidé de cesser de boire de l’alcool le treize août deux mille vingt) (je ne suis pas ivrogne cependant mais ça m’a tout l’air d’être une promesse de ce cru – l’âge aidant, on nous pardonne plus aisément les légers mensonges, aussi)

Share

2 Comments

    merci pour la tolérance pour les petits vieux (moyennant quoi carcasse se charge de sanctionner les trop fortes dérives et je paie au prix fort mon léger re-intérêt pour les épices ces jours ci, enfin je pense que c’est ça)

  • @brigitte celerier : ici je parle d’abord pour moi (faites gaffe à vous hein) (bises) (vous pouvez vous permettre de m’appeler Piero, certes – un honneur… :°)))

Laisser un commentaire