Pendant le weekend

Atelier d’hiver 20-21 Pour Martine Tollet

 

 

Nous étions quelques un.es à nous mobiliser (comme on dit aujourd’hui) pour rendre un hommage (qui ne serait donc pas) dernier à l’une des participantes de l’atelier d’écritures. Martine Tollet, la conteuse du carrefour Faidherbe-Charonne-Richard-Lenoir -wtf Godefroy-Cavaignac (ce dernier fit donner le feu sur la commune en 71 – il obéissait aux ordres avec plaisir – passons). François Bon a intitulé cet atelier « prendre »- il s’agit ici de cet intitulé : j’ai « pris » quarante images, je ne sais encore si je les poserai toutes, de cet hommage qui a pris la forme d’images animées (comme on dit au cinéma : le centre du cinéma est aussi de l’image animée) (j’ai un faible pour les institutions – ainsi que pour le hasard lequel a fait que j’emmène cette image-ci

avec les autres dans le dossier – je vais au plus simple) : une image c’est quoi ? Un cadre. Dedans, un micro, un type aux cheveux blancs qui a l’air de sourire comme pour remercier ou prier (c’est tout moi) (il se nomme Lavoie).

Je me souviens de ce prof d’images fixes (son nom malheureusement m’échappe) (monsieur Philibert peut-être) (il se peut) qui lors de l’examen de fin d’année nous donnait à commenter cette femme à l’absinthe (pas celle de Degas mais elle y ressemblait, pas celle de Picasso elle était en noir et blanc) (en autre prof d’images fixes, Francis Lacassin s’occupait des bandes dessinées) (il vivait rue Titon, c’est pour ça) – ici donc quelques images des participants – presque enfin pour certain.es des images fixes, ou animées fixées ici pour ne pas oublier sans doute. Le générique de fin est à sa place, je légende. Et je remercie Catherine Serre (qu’on verra par trois fois) pour l’idée et le boulot, Gauthier Kayerts pour sa musique magnifique (on peut l’entendre en fond ici) (sa musique, pas lui) et bien sûr François Bon (réalisation). Les images viennent dans l’ordre de leur apparition, mais j’en ai gardé deux (une ombre, des roses) pour la fin.

Bon dimanche.

intérieur au fauteuil

regarde la lumière

adieu – à bientôt (Nathalie)

à la source (Danièle)

le fleuve l’eau le pont (Antoine)

(Mireille)

(Thibault)

des ombres, sont-elles corses ? (ainsi que les trois suivantes, Caroline)

Carolles sûrement

eh oui

les statues meurent aussi…

(Françoise)

(Juliette – qu’on remercie aussi)

Romain

Philippe (sans doute)(dessin de Martine, ici comme ensuite je pense)

une des six cartouches (Emmanuelle)

oreille droite du serviteur 

Vale

Ombres et lumières (Catherine 1)

au fond noir et blanc (Catherine 2)

Lumières et ombres (Catherine 3)

(Xavier)

rouges et blanc (Dominique)

du côté de l’école (4 fois François)

au Forum (Brigitte 1)

l’invention du cinéma (Brigitte 2)

ah Lisbonne (Lumière d’Helena)

Passage du nord-ouest (Laurent) (ça va mieux ? j’espère – courage)

pierres d’Ugo (ou Severa)

oh je voudrais tant que tu te souviennes/cette chanson était la tienne/c’était ta préférée je crois/qu’elle est de Prévert et Cosma
(Severa ou Ugo)

Générique/Distribution

et

alors à ciao Martine

(Nathalie)

et puis

(Pḧilippe et/ou Thibaut)

 

Share

8 Comments

    splendide !
    et le plaisir en passant de vous découvrir (sourire)

  • Oh, que c’est beau, Piero!Oui, aussi grand plaisir de découvrir « Pendant le weekend »! Merci!

  • Bel hommage (pour une inconnue de moi).

  • Ah merci Piero

  • @Helena, Dominique, Caro et Brigitte (par deux fois) : à mon tour de vous remercier (on arrête, là)

  • C’est très beau, Piero. Il me manque une photo celle de PCH enfin il me semble (peut-être)et merci pour la chanson de fin. Martine nous remue, elle est tellement humaine humaine

  • Merci Piero, ici on ne voit que votre oreille droite, mais en vrai, enfin en plus grand plan,on a pu découvrir plus!

    ( j’ai cru entendre que les dessins de la contrebandière sont d’Emmanuelle pour Martine)

  • @Mireille, Simone et aux autres passants : merci à vous – et pensées, donc, vers la conteuse bouclée du onze

Laisser un commentaire