Pendant le weekend

1741 Vendredi 19 Mars 2021

 

 

 

(après sa première nuit en prison de 4 mètres carrés, Aldo s’est réveillé tôt et s’est mis à prier, à genoux entre le lit et les toilettes) – quelle indignité et quelle honte d’abdiquer ainsi toute espèce de liberté – dehors – dehors – on nous prend pour des abruti.es avec ces autorisations attestations de merdalakon – on écrivait dans l’insurrection il y a peu – trop c’est trop et c’est niet – café TEC –

un tour sur la montagne (il y avait marché sur la place Maubert, celle où vivait la mère de Marc Augé) où, dans une encoignure immédiatement proche de la rue des écoles (image L’Employée aux écritures) (qu’on remercie ici) (la vôtre est mieux, mes excuses)

quatre images B2TS (quand je pense qu’il y en a cinquante sur le quai vers artazart – j’abdique, j’ai honte)

tremblée

petit point vert – trop de reflet –

troisième peut-être

pas grand chose désolé

voilà un an qu’on ausculte nos poumons, nos âmes nos peurs – l’autre enchristé de Marseille visité par le petit cintré, l’ignominie et la colère tu te souviens ? – non, ça ne va pas mieux – il y a là Oncle Dan il y a dans le coffre de l’auto l’ouvrage sur Marguerite pondu par l’Adler Laure (même pas regardé si il recelait un index – le livre est dans un sale état – tu sais quoi ? je suis fatigué et j’en ai ma claque

le compte de l’indivision où quelque argent des loyers m’appartenant est divisé en quatre et je suis d’accord – je laisse aller – entendu le chant du SIRENE désormais en 7320Z – j’en ai informé les impôts – une lettre (un mail, soyons précis) à Patrick Bloche pour marquer mon complet désaccord (elle n’attend ni réponse ni justification qui ne viendront de toutes façons jamais) je la reproduis ici :

Monsieur le Conseiller,

 

Ce mail pour vous indiquer que le fait d’octroyer à un ancien créateur du groupe occident un nom de place à Paris, serait-ce une obscure encoignure au fin fond d’un arrondissement qui l’élut sans doute quelque jour, est parfaitement indigne et oblitère la confiance qu’on peut porter à la mandature de madame la Maire (nous venons de la réélire : nous ne l’élirons point pour locataire du palais du faubourg) (ce n’est pas le premier pas de travers : un autre constitue l’accueil des jeux olympiques qui ont pour fonction (entre autres) de permettre, par leurs émisssions de dioxy de carbone, de favoriser et d’amplifier les pandémies qui nous assaillent) .

Il s’agit là d’un manque de responsabillité, mais vous comme madame la maire et ses autres conseillers, en seront comptables. 

Croyez, cher monsieur le Conseiller, en mes très sincères sentiments.

PCH

(quelques coquilles, bravo !) ça me fait une belle jambe, pas vrai ?

Non, ça ne va pas aujourd’hui, pas du tout.

Share

4 Comments

    on peut rêver et je veux espérer une réponse de Patrick Bloche, contre toute raison Bonne journée à vous

  • Paris, le 19 mars 2021
    Patrick Bloche, Conseiller de Paris

    Cher PCH,

    J’ai lu avec attention sinon intérêt votre lettre dans laquelle vous émettez un jugement à mon égard, concernant l’attribution « indigne » du nom d’une place à un ancien édile du 16ème arrondissement de Paris.

    Je vous informe que cette décision a été prise à la majorité du Conseil municipal, reconnaissant par là l’œuvre tenace, constante, sociale et libératrice que le sujet de votre ire – ça vous arrive souvent ? – sans d’ailleurs le nommer, a su mettre en place et faire régner dans ce joli quartier de la capitale, loin des rassemblements de la place de la République ou autre lieux mal famés.

    Claude Goasguen, dans sa lointaine jeunesse, a peut-être été pris dans quelque exaltation : mais qui n’en a jamais été la victime ? Je n’ose imaginer vos propres (si j’ose dire) débordements… Cela remet-il en cause l’action volontariste qu’il a produite en faveur des plus démunis, notamment dans cet arrondissement-là ?

    Par ailleurs, votre petit chantage à l’élection, concernant la maire de Paris promise à la magistrature suprême grâce au futur vote, en avril 2022, de la majorité des Français, ne saurait remettre en cause ce qui vous bat l’œil comme le froissement d’aile d’un papillon.

    J’espère, moi-même, participer à cette marche triomphale vers l’Élysée et regrette que votre esprit quelque peu embrumé sans doute par des vapeurs interdites (et non de « dioxy de carbone ») ne distingue pas clairement quel est l’enjeu véritable dans notre situation politique actuelle et future.

    Enfin, je souhaite que le nouveau confinement, annoncé hier par le Premier ministre, puisse vous attribuer un peu de temps supplémentaire pour aller vous aérer les bronches et le cerveau.

    Avec mes salutations.

    Patrick Bloche

  • @brigitte celerier : contre toute attente… !!
    @Dominique Hasselmann: je te vois bien en go-between oui – merci du courrier (quelle célérité chez ces conseillers, c’est merveilleux)

  • @ PCH : Une telle supplique ne pouvait rester plus longtemps en souffrance !!! 🙂

    @ brigetoun : la célérité (ou la celerier) est un art qui se déguste chaud ! 🙂

Laisser un commentaire