Pendant le weekend

1749 Samedi 27 Mars 2021

 

 

alors, on s’organise : lien vers soulèvement de la terre

Je pose ça là, ça peut servir- souvent la nuit, je me lève de bonne heure, je regarde le noir de la nuit, je respire la fraîcheur de trois heures, j’écoute le bruit innocent des autos qui foncent – la terre ne cesse de tourner – le bateau (ils sont vingt cinq pour le manœuvrer dit le canard) (il a subit le vent, c’est pour ça) (encore que manœuvrer en cette occurrence semble excessif) entrave la bonne marche du commerce (je me souviens du nom de ces tours jumelles abattues par l’ignoble : elles montaient au ciel, la longueur du truc égale presque leur hauteur (411 mètres), les politiques indiquent que tout ira bien dès demain (il ne faut pas affoler Billancourt)  – je suis allé me coucher

Ne changeant pas une équipe qui gagne comme on aime à dire dans le milieu

je ne me souviens plus exactement mais je crois Perdican nous faisait le plan de « le monde est un égout sans fond » (j’aurais parié ma vie sur l’accent circonflexe sur le u d’égout eh bien j’en ai gagné une) : est-ce bien certain ? en passant devant la Civette du Palais Royal

j’y ai décelé (le mot est fort) cette vitrine qui nous donnerait à penser que le cigare ne rapporte plus comme avant

traversant le fleuve, cette nature morte au tuyau

le 1312 Love, le T2B, l’incendie, le zbeul – enfin toutes sortes de bazar(s) devant l’ex-tribunal – les locataires potentiels sont dans des dispositions assez bizarres (abjectes, certes, mais qui indiquent une espèce de volonté de prise de pouvoir) (à vomir) (ça ne fait rien, ça va venir) (le studio est toujours à louer, de ce fait : plein centre de Babylone vingt deux mètres carrés cuisinette salle de bain) (un rendez-vous téléphonique avec l’administration) (le trois-cinquième des cotisations sociales) – le cinquième épisode du Baudelaire : voilà un type né à deux cents ans d’ici dont nous « fêtons » la venue au monde – dans la même voie que ce wtf rézoscio nous intime de souhaiter aux ami.es (soyons charitable avec l' »inclusive ») une joyeuse et bonne et heureuse et autre venue au monde (ma grand-mère paternelle, je me souviens, la ramenait en chantant »nos vœux les plus sincères ») (ah bah, qu’elle demeure en paix)

nous n’avons, nous autres, pas d’autres repère – il va faire beau, les arbres pétillent et veulent montrer leurs couleurs – on est content – on oublie de porter son max, on oublie gels gants coudes joyeusetés – marcher (le pont Neuf de celui du Change)

mais mal au dos (entre la 4° et 5° Lombaire, un disque endommagé en 71 – voilà donc un demi-siècle)

dans le poste (cinétèk : 3 euros le film interrompu quinze fois pour téléchargement – jte parle même pas de l’usine à gaz pour payer, je préfère la caissière serait-elle celle du Studio 28) (je cherche la photo et je te la pose, t’inquiète) (ça va pas être facile) la voilà quand même

Out of the past (alias la Griffe du passé) (aka Pendez-moi haut et court) (Jacques Tourneur (c’est le fils à Maurice) , 1947) – mise en scène en acier et scénario du même acabit

Share

2 Comments

    Quand je vois les ponts de Paris, je me demande pourquoi ils ne sont pas barrés (comme ceux du canal Saint-Martin) pour empêcher le passage et donc le voyage, nous dit-on, du virus d’un bord de Seine à l’autre, comme les déplacements inter-départementaux et intra-régionaux sont interdits… au moment même où la nouvelle doxa est de vivre à l’extérieur et d’aller respirer ailleurs que dans son appartement parisien.

    Enfin, ne pas oublier la « casserolade » mercredi prochain à 18 heures, depuis nos fenêtres et nos balcons, pour saluer les enseignants courageux et leur grand manitou, j’ai nommé Jean-Michel Blanquer, celui qui danse sur un volcan. 🙂

  • Dominique, ne leur donnez pas d’idées… ceux qui luttent contre n’arriveront plus à tenter d’inventer des contre-feux/occasions de penser ensemble 🙂

Laisser un commentaire