Pendant le weekend

1876 Samedi 31 Juillet 2021

 

 

 

pour une fois qu’une nuit se passe sans (effroi serait exagéré) encombre, on salue

hier cette image (mes remerciements pour l’article au Chasse-Clou – dont l’ordinateur se meurt – avec mes condoléances, mais en amitié quand même), j’ai pris connaissance de ces deux femmes formidables et exilées, Mitra Hejazipour et Dorsa Derakhshani deux maîtres des échecs qui refusent de porter le voile, dit hijab il semble, de leur « république » (le mot n’a peut-être jamais été aussi sali) durant les parties d’échecs qu’elles mènent. En hommage donc ces deux images (ici Mitra

au jardin du Luxembourg précise la légende – on aime à savoir qu’il arrive aux joueur.es d’échecs de sourire (c’est pour la photo, je sais bien) (pour ma part, et avec mes excuses, j’en connus peu que le plateau, ses soixante quatre cases et ses trente deux pièces mettaient dans cet état de contentement – mais je vois le mal partout, sans doute) (c’est sans doute qu’il s’agit d’une joueuse) (je ne vois donc pas le mâle partout) (je lisais des trucs sur Monique Wittig,c’est pour ça) là Dorsa

(ici on se demandera si c’est l’adversair.e qui a pris la photo (ce qui serait au minimum cavalier – sinon complètement fou) ou s’il (ou elle, soyons francs) s’est absenté.e pour un besoin quelconque dont a lâchement profité le paparazzo – ou la paparazza – car telle est son essence) trop belles âmes rebelles et jeunes, toutes les deux – avec nos encouragements et notre entier soutien)

Ici deux lions décoratifs, l’un (#380) d’un canapé (cette boutique propose des meubles qu’on ne renierait point du côté du Roméo du faubourg) (je ne sais si cette boutique d’un rococo échevelé existe toujours)

et celui-ci (#381), sur une bouteille de vin des Abruzzes dit l’étiquette (montepulciano, assez goûté), en accompagnement d’une moussaka délicieuse (encore merci)

(en main gauche d’opérateur – on aperçoit la teinte grège, assez brouillée, de l’habit – ce « costume brouillé » a été volé insidieusement dans un roman de Philip Kindred Dick,Simulacres je crois bien) et enfin cette officine qui  rejoindrait allègrement ces autres-là (mais non) (souvenir ému d’un paquet de frites mangé revêtu d’un pantalon neuf et beige, dans les rues de B. il n’y a que quarante cinq ans)

(on peut admirer l’accord des tons, potelets et vitrine et fond d’enseigne; trottoirs et lettrages alambiqués)

 

Share

1 Comment

    bravo aux deux belles dames

Laisser un commentaire