Pendant le weekend

1880 4 Août 2021

 

 

deux cent trente trois ans que les privilèges ont été abolis – ah, tu crois ?

j’ai été épargné par toute espèce de royalisme que ce soit (encore que l’amour immodéré que je porte à STGME2 ait tendance à prouver le contraire) et je pense que cette date-là devrait être fêtée (mais les privilèges sont revenus) – croisé ceci du côté du canal

un mobilier urbain incompréhensible – des heures de marche, d’un côté à l’autre de cet est parisien – sans entrer dans quelque librairie que ce soit (celle du bas (au milieu, d’accord) de la rue Oberkampf est fermée, pour retraite – je crois qu’elle était tenue par la fille à doudou leclerc ou je mélange ? j’en sais rien, une encore assez bonne maison l’imagigraphe – cette pitié que le site comme si de rien n’était, la dernière rencontre en 2016…  – les gens n’en ont juste strictement rien à faire) – ici sur le boulevard de la Villette ( colonel Fabien et son père fusillé par les allemands comme otage le 12 août 1942)

encore ailleurs – quatre heures – pourquoi faire? : ne pas écrire. Une quête incompréhensible de la vacuité (lecture, courses : ici deux coupelles farine sucre

) continuons : marche à pied encore, courses encore, puis la voiture pour aller chercher à la gare et emmener chez elles les amies

par les rues assez vides la merveille de la ville la nuit – la fatigue pourtant –

 

le 10 dispersé en maison[s]témoin

Share

1 Comment

    y ait pensé à cette nuit (sous la douche comme souvent… je devrais y être toujours) mais me suis dit que confirmation avions depuis longtemps que ce n’avait été qu’un changement de privilégiés

Laisser un commentaire