Pendant le weekend

24 22 Lundi 10 Juin 2024

 

 

 

 

elle sortait de la clinique, sa canne à la main « je peux vous prendre le bras? » – on a marché – toute la rue, puis descendu l’autre vers l’avenue qu’on a remontée jusqu’à la rue de Belleville qu’on a descendue jusqu’au métro – sa main était froide, je le lui ai fait remarquer, elle m’a dit « non non »- une petite marche – de vieux yeux gris, des cheveux courts et bouclés blancs – une petite bonne femme, elle marchait très bien « quatre-vingt-treize comme mon mari et on est ensemble depuis qu’on a dix-huit ans » – un joli sourire – la rue était embouteillée comme tous les dimanches, bondée, il y a là des milliers de personnes, « ça bouge ça crie ça gueule et puis ça rotative » chantait je ne sais plus qui, j’ai compté qu’ils avaient dû convoler en quarante neuf – on marchait doucement, un taxi à ce moment c’est un peu difficile, elle rentrait chez elle, plus loin sur l’avenue, « interprète à mon compte, j’aimais beaucoup ça mais les gens sont cons parfois » – « mon mari, antiquaire au onze du quai spécialiste de l’art asiatique » – « non, je ne vais pas voter parce que autre que le PC je ne sais pas, j’ai autre chose à penser », il faisait beau hier après-midi, tu te souviens ? Elle nous a dit : « et vous ne vous disputez jamais ? » on s’est regardés en souriant. Un beau temps presque chaud, un peu de vent dans les arbres, au bout de la rue Rampal, l’arbre renaissait un peu

il n’a que peu changé depuis samedi – on a parlé de l’argent, des gens, des américains qui ne parlent que de ça, de l’accident vasculaire cérébral qui laissait son mari là depuis janvier « il est tombé un soir en allant pisser, alors je ne l’ai pas relevé je ne pouvais pas, je lui ai mis un  oreiller sous la tête » – on marchait – pendant ce temps-là la pourriture fait toujours son office, la guerre, les jeux olympiques, les nazis* – au carrefour, une auto noire, très probablement toyota affichait du vert au dessus du toit – j’ai fait signe – je lui ai ouvert la porte, désinvolte elle a lancé sa canne sur le siège arrière, s’est assise, elle m’a souri « merci, je m’appelle H.  » – j’ai souri, fermé la porte, elle est partie

 

 

*: emprunté à Laurent Margentin

Share

6 Comments

    oh que je l’aime (et devrais en prendre de la graine… mais carcasse est rétive là, vais forcer en douceur)
    ne l’ai pas imitée pour le vote mais elle avait raison ça n’a rien changé
    je suis triste de triste et témoin ou imaginant les egos de ceux qui devraient se regrouper pour assurer un début d’opposition
    belle journée

  • Taxis à Paris : emprunté hier en fin d’après-midi pour raison de matériel musical à transporter (depuis Château rouge jusqu’à chez moi), j’indique mon adresse, le chauffeur me dit :

    – Oui, c’est près de l’hôpital Saint-Louis, je vais passer par Stalingrad afin d’éviter le boulevard de Magenta.
    – Vous connaissez bien les rues sans regarder le GPS…
    – J’ai un GPS dans la tête, je suis taxi depuis 1962, à l’époque on passait deux examens (Paris, banlieue) avec toutes les rues et places apprises par cœur… 🙂

  • Quelle rencontre ! Ce texte me dit beaucoup. Merci !

  • @Helena Barroso : Merci à toi Helena

  • @Dominique Hassemann : 62 ans en voiture,jte parle pas de l’état de son dos… Mais merci à toi

  • @brigitte celerier : elle est partie, descendant la rue en auto, vers son destin… (le vague sentiment d’un regroupement : il semble – les journaux (vendus qu’ils sont aux pouvoirs) n’en parlent, pour le moment, que peu). Merci à vous

Laisser un commentaire