Pendant le weekend

2418 Jeudi 6 Juin 2024

 

 

 

 

hier j’ai regardé longuement le passage des nuages – et marché longuement encore (j’étais en avance) – un pastis (6e) avec la stentée et cataractée et son époux : la terrasse où il mangeait un hamburger avec des frites (20e) et buvait une bière (?) – le serveur qui rit aux éclats (vaguement homo tsais, genre envahi de sous-entendus libidineux double sens tu m’as compris) – l’épouse qui revient, voit jaune ici (œil droit) ou blanc là (œil gauche) – un avocat aux crevettes (9e) – la serveuse, une vraie merveille en bleu et blanc – et puis j’ai marché jusqu’à croiser

un jour, je crois Tristan m’a indiqué qui était ce photographe qui, apparemment, portant capuche (plutôt casquette), officie en ville – j’ai oublié mais il semble quelque chose comme une obsession que cette image-là (on l’a vue peut-être dix fois ?) : en tout cas elle lui plaît – jte rapproche pour considérer

l’affaire d’un peu plus près (assortie de bestiaux collés – dont un perroquet en hommage à Christo, celui d’Amalia évidemment)

passant par là

regardant longuement passer les nuages – il faut marcher (il y avait ce truc qui disait « je marque mon pas sur le pas de mon père »  – un film avec Jean Yanne et Mathieu Kassovitz – ou Trintignant ? je ne sais plus (c’est « je règle » et c’est Guillaume Canet et Jean Yanne dans les rôles (Rémi Watherhouse, 1999)) – non, Jean Yanne qui fourre sa main dans la culotte de cette rousse piquante (ah j’ai oublié) qui avait DL2V – qui a donc d’ailleurs – des jumelles comme ma mère – l’emprise du cinéma et se servir simplement de sa force de domination (soit Pialat) Marlène Jobert ( quelque chose comme de la honte) afin de se rendre compte de son putatif cocufiage ou quelque chose de ce genre (le masculin, voilà) (c’est pour ça que Pialat c’est non, comme du reste pas mal d’autres de ce genre) – un autre kir et arrivé là

sans trop déchiffrer « noise 2024 quelque chose » qui sera effacé demain comme ont été décollées, au parc, les affichettes du revers de la médaille – civilement, oui mais désobéir

Le numéro suivant de la revue Et soudain (magnifique)

Share

4 Comments

    lâchement envie de me cramponner à mon ignorance des histoires de cinéma en dehors de l’écran (pas bien)
    marcher oui et en s’aidant de ce qu’on voit (mais pas trop… parce qu’anéantissement ensuite)
    et OUI superbe numéro

  • (L’avis en rouge est réapparu : « Ce formulaire n’est pas sécurisé. La saisie automatique a été désactivée » au-dessus des cases pour commenter.)

    Dernière photo : « surréaliste » ! 🙂

  • @brigitte celerier : chacun fait ce qu’il peut… (bon courage pour les sous). Merci à vous

  • @Dominqiue Hasselmann : Manifestement.Oui. Merci à toi

Laisser un commentaire