Pendant le weekend

Ce soir-là, au Cent

(toi qui entres ici abandonne tout espoir d’y trouver aux images quelque point que ce soit : ce n’est pas que la lumière manquât, cependant, mais aussi elle était aux textes dits et aux écoutes attentives…)

De nombreux extraits, lus ou écrits, se trouvent sous les liens à explorer si l’on veut dans le corps du billet

Quelques illustrations donc d’une nouvelle soirée offerte le 26 novembre dernier, par les éditions publie.net, soirée que je n’ai suivie que partiellement (je m’en suis allé vers 8 alors que l’entame de la deuxième moitié commençait à peine : mes excuses donc à ceux qui ne figurent pas dans ce recensement) : ce billet pour en garder quelque chose. A cette occasion, Mathilde Roux du collectif L’aiR Nu, enregistrait la rencontre qu’on retrouvera sur le site des éditions.

Pour commencer, le traducteur de Joseph Conrad, Jean-Yves Cotté, qui lit quelques extraits de Demain/ To-Morrow ce capitaine, (est-ce un type à quai ?) qui attend son fils

JY Cotté. publie.net 1

(en bas, gauche cadre, les cheveux de Anne Savelli).

La salle était comble, comme pour ce « jour de lavande » dédié à Maryse Hache (et une pensée pour elle). Demain il reviendra, disait Jean-Yves Cotté, puis vint Cécile Portier qui fit entendre son « Les longs silences » accompagnée par Alexandra Loewe

atherine Loewe.publie net 2

elle déroulait son fil enserrant les auditeurs

catherine loewe.publie net 3

chacun tenant un lien

catherine loewe.publie net 420151126_190945

on écoutait ces mots qui cessaient tout à coup intimant à l’artiste de s’arrêter, puis reprenaient comme elle reprenait son réseau

catherine loewe.publie net 7

(j’avais à l’esprit ce qu’avait vécu une vieille dame, mais les choses étaient différentes, lors de son passage dans une clinique puis dans cette maison de retraite, j’avais à l’esprit  ce que nous faisons de nos vieux…) et que Cécile Portier distribuait quelques face-à-main

face à main.publier net 9

et que le fil allait jusqu’à Guillaume

catherine loewe.publie net

tous au même filet plus ou moins pris et enserrés, et les mots drus et durs de Cécile, serrés et acérés, comme une sorte de ronde atour d’un public qui tenait glace et fil

face à main 2.publie net 10

(on se rend compte : on est peu de choses, objet d’ordonnances médicales, et l’état dans lequel elles nous plongeront, serrés enserrés muets aveugles et sourds seuls – peut-être seuls – avec ce qu’on pense, que pense-t-on est-ce qu’on pense, quel objet, qui au fond de nous gît, qui donc sommes-nous devenus ?) applaudissements, puis vint le duplex avec Sébastien Ménard en direct de  Roumanie

JS GV SM. publie net 14

ici les 3 intervenants : Sébastien au loin capturé par l’écran, à droite Guillaume en ordonateur technicien, en premier plan les cheveux courts de Joachim Séné qui dira « Soleil Gasoil »

Joachim Séné.publie net 12sans titre1

puis Guillaume Vissac à son tour…

Guillaume Vissac.publie net 13

Une bien belle soirée (merci donc, à toutes et tous) qui occupe et l’espace et l’esprit, qui aide à nous reconstituer, ce dont on a tant besoin en ces jours faits de drames et de turbulences.

 

Share

1 Comment

    et merci à vous

Laisser un commentaire