Pendant le weekend

16 février 718

 

 

faut que ça bosse (et aussi passer aux impôts, marcher, revenir,courir, recommencer et encore et encore)

on n’a pas mangé là (non, on ne mange pas dans ce type de restaurant ou alors si rarement) (il doit en exister d’excellents, d’ailleurs) on est passé, juste, la ville (série en cours), j’en ai eu fini avec la réponse résidence (ils sont bien arrivés à Taïwan), froid dans le dos mais tant pis, l’autre main a fini son ouvrage (289 pages, à lire, commenter, corriger : tout un périmètre) mais comment, je ne sais pas exactement (ici selfie du 15/02/18)

et la chance (au séminaire) de croiser Marceline Loridan-Ivens, une des égéries de mon panthéon personnel

dans le film de Jean Rouch et Edgar Morin (1961) « Chronique d’un été »

Back home, déblai de gros blanc (série en cours)

Share

4 Comments

    J’ai vu que la compagne de Joris Ivens avait publié un livre autobiographique…

  • @Dominique Hasselmann : oui, le notulographe en a parlé, « L’amour après » (Grasset, 2018)

  • panthéon partagé (et de façon durable)
    et timide encouragement de l’oisive

  • @brigetoun : Merci…!

Laisser un commentaire