Pendant le weekend

10 septembre 924

 

c’est quand même la fatigue qui s’empare de moi (lorsque je lis les billets roboratifs de madame Desvignes, certes, je me dis que le chemin peut mener loin) (il est tard quand même et je suis fatigué) un week-end à la campagne et pour une fois un avant-après qui me ravit

l’objet du délit et la machine qui le permit, reliée au réseau par son appendice orange (photo réalisée vers 17h30)

prise de vue du matin suivant – retour in babylone par un grand soleil de fin d’été – au ciel des avions comme d’habitude

filant droit vers l’ouest (peut-être du nouveau, j’en sais rien)

en dvd La ligne verte (Frank Darabont, 1999) (assommant, 3 heures d’après une nouvelle de Stephen King);

Médecin de campagne (Thomas Lilti, 2016) (pour un dimanche soir, passe encore – c’était samedi tant pis) (avoir la foi en la médecine comme en l’humanité chevillée au corps : on sera guéri) (bof)

en lecture : magnifique  « Vie de ma voisine » (Geneviève Brisac, points seuil grasset 2007)

tout autant :« Et tu n’es pas revenu » – Marceline Loridan-Ivens (avec Judith Perrignon) – Le Livre de poche (Grasset) – 83 pages (suivies d’un dossier d’Annette Wieviorka) (encore que le dossier qui suit le texte – magnifique magnifique – ne fasse pas mention du film « Shoah » (Jacques Lanzman, 1985) et qu’on se demande bien pourquoi…)

 

11. penser avant, 11 septembre 2008, 07:40

avenue du théâtre romain, les petites lampes à huile, les bombolonis, Jacqueline 2 et la maison de Roger aussi, après la station BP en descendant vers la plage

17. jour décisif, 11 septembre 2008, 19:44

« alors ? « 
« j’en ai parlé… »
« et…? »
« voilà… »
« c’est le prix en tout cas… »
« oui, c’est ce que nous nous sommes dit »
« très bien, allons y »
Ce n’est pas plus compliqué… Sur le trottoir d’en face, un homme toile et chevalet, je lui demande « alors, ça va ? » et lui pas un mot, un geste de la tête, oui, de haut en bas, oui… 
Et moi et mon téléphone portable…

Share

2 Comments

    de cela n’ai lu que « et tu n’es pas revenu »
    par contre revu hier sur Arte avec jubilation (et puis c’est beau) la Ricotta de Pasolini

  • Un coup de balançoire trop vif et on se retrouve dans l’avion…

    Shoah, bizarre oubli (mais peut-être trop évident).

    Stephen King : je lis en ce moment son « 22/11/63 » (l’assassinat de Kennedy évité), encore un mois de septembre avec sa date fatidique…

Laisser un commentaire