Pendant le weekend

B2TS Custine #2

 

 

travail de Romain – ou de Parisien – telle m’apparaît la continuité des images laissées par B2TS dans les rues – c’est que nous sommes le 27, un mois après la publication de la page 8 des ateliers et que je compte en faire un récapitulatif – j’avance – je bosse aussi (j’espère, je crains, je ne vais guère au ciné – mais ça risque de s’arranger – je bosse) (je poste un message de service taleur si j’ai le temps) ici la suite

couple dans les bordeaux (Zig et Zag : des moines, j’aime, je les embrasserais tiens)

(désolé, le point est souvent aux reflets mais) on discerne tout de même le bicolore des cheveux et le regard un peu triste

un peu mieux (le bleu, sur la droite du type motard probablement, sont des graffitis) j’aime assez les sandales pieds nus (qui présupposent un engin automatique si tu veux mon avis) (la barbe hein)

je ne suis pas exégète de l’affaire (quoi qu’on en pense) mais on croise assez fréquemment des tenants de cette corporation (petits métiers, je suppose, depuis que l’affaire est passée aux mains (sales) du privé – une pensée émue pour les Romains tiens)

déjà croisé (c’est même la première de ces images rue Bichat) lui aussi (je ne crois pas que ce soit elle, mais plutôt lui) sans doute devant Saint-Pancras station à Londres

assez brillamment cow-boy, les fleurs de couleurs qui ornent le couvre-chef d’un effet parfait (fâché, peut-être) et pour finir

autre chapeau, autre tenue.

 

Bon dimanche.

 

 

Share

2 Comments

    La rue Bichat, c’est là où j’ai vu – et pris en photo – la première fois ces cadres : ils n’ont pas bougé depuis.

    Avis aux graffeurs : il vaut mieux utiliser ce matériau, nettement plus pérenne par rapport aux nettoyeurs publics ou privés !

    Bon dimanche sous la pluie ! 🙂

  • les ateliers… sais pas ce qui se passe, ai envie, n’arrive pas à ouvrir un fichier et du coup dans ma désolation ne lis plus
    shame

Laisser un commentaire