Pendant le weekend

1739 Mercredi 17 Mars 2021

 

 

 

dans trois jours on ira marcher contre une nouvelle loi inique (on a déjà donné, on donnera encore – risquera-t-on sa vie ? qui peut savoir ? on ira – sans doute) (es-ce bien nécessaire, mon ami,s’il te plaît ? les artistes occupent les théâtres, l’heure est au printemps, à la commune révolutionnaire – le 29 mai, Nuit Debout organise aussi une marche car »les mauvais jours finiront ») (les deux liens renvoient à ce rézoscio que je fréquente) trouvé ça dans ce journal-là

sur les balcons et dans les parterres des jardins et des parcs fleurissent les forsythias – il est à l’heure et comment en serait-il autrement ? – cet orgueil de l’humanité à vouloir prédire un avenir ignoré – déjà posée il y a bien des années cette image où il en fait des tonnes (il chante « requiem pour un fou », soyons honnêtes)

et puis l’explication de cette image (parue en 1735)

laquelle domine immédiatement cette autre (en date du 15, il a fallu un moment quand même avant de l’apposer…)

(sous le lien, l’érudition qui, à chaque pas, sous chaque pierre, chaque voie et chaque action, envahit la vie de cette ville) (et beaucoup de contes et de fables évidemment) (c’est pour ça qu’on l’aime) (aussi) : en 1310 de cette ère, à Venise un certain Bajamonte Tiepolo s’était mis en tête (il n’était pas seul) de renverser la République et son doge Gradenigo Pietro – dans la nuit du 10 au 11 juin – six siècles et quarante trois ans plus tard, je naquis – mais manqua son affaire, juste à côté de la place Saint-Marc, son porte-drapeau portait son oriflamme sur laquelle s’étalait le mot « Liberté » passa (peut-être s’enfuyant) empruntant la merceria Orologio, et bing cette femme lui balança une brique sur le crâne – ici même – et il en mourut – car la République ne tient qu’à une femme (et un doge, certes) – ou alors la mort de la Liberté – on interprète comme on veut – avec ou sans majuscule – enfin aujourd’hui, on trouvera ces reliques devant le 149 (entrée d’un sottoportego (passage couvert) dont j’ai oublié le nom)

(Bajamonte mourut en exil, de l’autre côté de la mer – en Croatie il me semble)

Share

3 Comments

    merci pour ce détour (?) vénitien

  • Ce serait la bonne période pour faire un nouveau saut à Venise (même si les Italiens nous surpassent de 10 000 pour le nombre de décès dus au Covid-19), presque personne dans les rues, pas de bruit de valises à roulettes de touristes en bandes, mais peut-être pas non plus de vaporetto (ou vaporetti) ?

    Dans les « Mémoires de Casanova », on a aussi un aperçu historique et politique de la vie de la Cité des Doges : on peut voyager encore en temps de confinement (passé, présent ou à venir)… 🙂

  • @brigitte celerier : un passage (sottoportego) :°)
    @Dominique Hasselmann: pour les métros sur l’eau, mais si, ils circulent toujours – il y en a juste un peu moins -pour les mémoires, pas lues…

Laisser un commentaire