Pendant le weekend

Formation continue

C’est un rendez-vous. Le premier fut au 104, le deuxième au Jeu de Paume.

Un autre mercredi 16, c’était hier, et Yael Perlov

Yael Perlov, ici, avec Remy Besson

montrait le travail de son père, David Perlov, une quinzaine d’années de tournages et montages d’une demi douzaine de films de quelque cinquante minutes chacun, traçant, retraçant et traçant encore une sorte de parcours quotidien où la famille, le climat et la chaleur, la lumière et la guerre se mêlent aux gens qui déambulent, ailleurs et  sur le faubourg Poissonnière, prendre les autobus où les gens dorment,

les deux gares, l’escalier jumeau qui les relie peut-être, là où, pour la première fois à Paris, si j’ai bien compris, il a pris une photo, entre Château Landon et la gare de l’Est, du côté de cette station d’essence désormais disparue.

Une image un peu granuleuse comme l’informatique nous la restitue, une nouvelle forme d’esthétique probablement. Un journal, qu’est-ce que ça peut bien être ? Des nouvelles

des amis et des gens, et des images, les unes illustrant les autres, ou l’inverse, on ne sait jamais…

Les images animées, les images d’archive, filmer sa télé, filmer la cour, le quartier, cette manifestation pour la paix… Il faut sans doute se souvenir que cet homme, David Perlov, né au Brésil, a émigré en Israël, et que cet Etat est en guerre depuis qu’il est Etat, que tous ses enfants vivent avec cette biographie.

Des leçons de cinéma : comment filmer de face des gens

qui passent devant un mur ? Impossible, c’est le mur qu’on a de face…

Comment filmer le mur des Lamentations de face quand on se trouve de côté ? Comment se souvenir des belles choses

des quartiers, le pont de la rue Lafayette vue de la gare de l’Est, la gare du Nord et ses sacs au dos, la journée à Paris, à Tel-Aviv au loin, la mer, et peu-être surtout, la danse sur la musique…

Des amis qui passent, on tourne

Une des très rares fois où on peut voir le réalisateur à l’image

on dit au revoir, revenez nous voir, ou alors on se reverra

photo mc©

oui, on se reverra, à Lisbonne, ou ailleurs…

 

Merci à Fanny Lautissier, Rémy Besson et Christian Delage.

Share

6 Comments

    Filmer de face, filmer de dos, filmer de profil, filmer d’en-bas, filmer d’en-haut, filmer à ras de terre, à ras de mer, à ras d’égout, à ras-le-bol, à rat perché, à raté cette fois encore, en plongée, sous l’eau, sous le vent, sous la vague, sous les feuilles, sous les draps (déjà fait ?), sous la lumière et sans elle, sous les jupes des filles (pas original), sous les apparences, sous les conventions (et dans le métro du même nom), sous les étoiles et les araignées qui grimpent leurs petites échelles invisibles, sur les écrans d’ordis et sous les claviers d' »Ordet », sous le Pont des soupirs et sous les roues d’un semi-remorque (celui de « Duel »), sous les cheminées qui ne sont plus que graphismes noirs intégrés dans la pierre, sous l’imagination et au-dessus d’elle (grand saut garanti), filmer comme on respire – en pensant à Godard et même à l’art tout court.

  • (c’est votre commentaire, Brigitte) avoir 40 ou plus de moins et être encore parisienne ! (m’a fait un drôle de truc alors que je vous répondait : « allez voir du côté de Faust!!!… mais merci de passer)

  • toutes les tailles, tous les coloris, toutes les positions… très en verve, Tourne-à-gauche dis donc…!

  • […] invitons également à consulter le compte rendu en image diffusé sur le blog Pendant le Week-end. http://www.pendantleweekend.net/2011/11/formation-continue/ Un entretien effectué avec les intervenants sera bientôt mis en ligne sur le Magazine du Jeu de […]

  • […] je ne suis pas tellement pour mais on y voit le pont de la rue La Fayette (comme dans le journal de David Perlov), on y voit le pont de Crimée, ce quartier-là, cette vie-là, à présent détruite et […]

  • […] invitons également à consulter le compte rendu en image diffusé sur le blog Pendant le Week-end. http://www.pendantleweekend.net/2011/11/formation-continue/ Un entretien effectué avec les intervenants sera bientôt mis en ligne sur le Magazine du Jeu de […]

Laisser un commentaire