Pendant le weekend

23 janvier 1060

la fatuité des informaticiens du fournisseur d’accès, c’est formidable – non, ce n’est pas cette panne, ici, mais c’est quelque chose qui aurait plutôt lieu là, chez vous – fuck off – administration, saisie et analyse, devis et factures, comptabilité gestion : quelque chose du gris, du lourd – la neige, dehors, le froid, ma claque – sortir et glisser – une image d’il y a longtemps (quelques semaines, du Dreamland virual tour) reflet sur la plage de je ne sais où

aller continuer – atelier d’hiver, 6 de ce matin – il faut bien essayer – j’attends je relis, j’envoie – je poste – je lis « Le temps scellé » journal de bord d’Andreï Tarkovski (assez allumé comme mec – mais sympathique aussi – je me souviens du film de Chris Marker épisode de Cinéastes de notre temps)

l’avant dernier plan du Sacrifice

rencontré avant hier dans la rue du garage Tony Gatlif – je l’ai félicité pour Djam, « vous habitez par ici, alors » il a fait, j’ai dit oui par là, bonne route – il est parti, rentré chez lui sans doute – moi aussi sans avoir trouvé la terrine en fonte – elle a disparu dans l’incendie – avancer, continuer (je me souviens aussi de « Liberté »)

à la télé Les acteurs (Bertrand Blier, 2000) distribution longue comme le bras (apparition de Maria Schneider) sans trop de scénario – Samy Frey à contre emploi – dernière scène magnifique formidable : du vrai cinéma

Share

Laisser un commentaire