Pendant le weekend

1471 vendredi 19 juin 2020

 

 

quelque chose avec le café ?

retour probablement des bistrotiers masqués géléifiés alcoolisés embarriérés mais ouverts – comme une espèce d’excès exactement à la mesure de la consommation courante (le truc s’effondre, ou je rêve ?) – on revend des autos, les avions sillonnent le ciel, il ne s’est presque rien passé et on a tiré partie de la crise – passons le pont

il y avait là un pousseur (royal : par ici passait le roi, sa reine, les mômes pour aller à Varennes – vaguement…)

le ciel d’île de France (eux c’était à la nuit, il me semble me souvenir)

plus ce type casqué vélo trottoir (on va se gêner) musée fermé passerelle où, un certain samedi un boxeur (Christophe Dettinger, à lui, ici un hommage) a expliqué aux vaches (ça ne se dit plus)  de quoi il retournait (aujourd’hui on fait dans l’acab) plus cette dame en robe

il y a soixante dix ans (pas quatre-vingts, non), c’eut pu être TNPPI – ou cette autre revenant de la rive droite

il y avait celui-là y allant

je suis descendu au Louvre, j’ai traversé la cour vide, il y avait là des jardiniers qui taillaient le buis des massifs

dans le métro (le train), nous étions une dizaine dans le wagon (la voiture) tou.te.s plus ou moins masqué.e.s, quelques courses plus tard

au menu ratatouille (pas à la banane, non) plus semoule – puis quelque chose avec le café (avec A.) (j’allais au garage)

devant nous passait ce magnifique spécimen (#364) (croisant bidule fâché ou simplement préoccupé) (les gens sont très préoccupés à Babylone)

des choses à faire (le commissariat qui m’appelle, venir signer, demain 9 Heures – masquer, carted’identité, à combien se monte le préjudice, où est-ce quel numéro de quelle rue un garage-grenier – saccage imbécillité probablement drogue – sacs poubelle gravats photos-diapos-documents-partitions-objets inanimés-jouets-chaussures-etc.)

crévecœur – ranger semblant d’ordre (avec les enfants, encore merci J. et C.) (suées, suies, ordures) (et ce matin, insomnie) (trop de cafés ? sans doute, qui sait…) (on en a vu, on en verra, d’autres, t’inquiète)

 

Share

4 Comments

    dégusté lentement comme cette vie qui revient (trois ou quatre personnes de plus chaque jour aux terrasses, mais n’en suis pas, n’en ai jamais été)
    et puis la fin : pire quand l’on voit et imaginer ma réaction si j’étais vous

  • On traverse « la cour vide » comme on a traversé le Covid_19 : un autre genre de spectacle, on s’en souvient, avec le clown Salomon tous les soirs à l’affiche de BFMTV.

    Saccage : un jour, il faudrait que la lecture de Kant soit obligatoire dès l’école primaire : « Ne fais jamais à quelqu’un ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse »…

    Bon courage pour le nettoyage. 🙂

  • Courage à vous, oui, et nos amitiés, que dire d’autre ?

  • @L’employée aux écritures : merci ça va aller – je vais y aller, j’y fus d’ailleurs, masqué…
    @Dominique Hasselmann : merci aussi – ça ira, ça ira…
    @brigitte celerier : les aléas de la vie en ville je suppose… merci du passage à vous – et à vous tou.te.s

Laisser un commentaire