Pendant le weekend

dix sept cent trente sept Lundi quinze trois vingt-et-un

 

 

 

c’était dimanche le tour par la rue Levert (Victor, notaire-maire de Belleville vers 1830) où on va détruire cette maison-là

ces jours-ci il n’y a plus rien de cette verdure – il y a quelques années (plus de dix ans – déjà murée…)

ça ne fait aucun doute, ça repoussera – trouvé cet exemplaire de l’écriture manuscrite de la ravissante idiote (en haut, gauche cadre, l’en-tête précise « La Madrague » en dessous en plus petit Saint-Tropez)

le temps des copains (qui sait qui est le François Patrice (« témoin de jolis souvenirs ») (la vie de la nuit parisienne) à qui est adressée cette charmante missive, cette jolie fleur (« dans une peau d’vache » ?) enfantine, ces mots ? un deuxième (ou troisième, ou énième) rôle quelque peu, un directeur de boîte de nuit – club Saint-Hilaire Paris d’abord rue Bayard (en face de RTL, dit-il) (nul doute que DF y parut quelque jour) puis rue de Ponthieu (qui prit la place du Carol’s, autre boîte de nuit « de filles » rive droite) et Sainte-Maxime (en face de Saint-Tropez, le Saint-Hilaire-sur-mer tout aussi club – très fermé enclos ceint) (je ne connais pas de Tropez comme je ne connais pas Maxime femme et pas plus d’Hilaire) – tout ce monde est mort) (ah non, pas l’idiote) croisé chez RJL (tec cinéma continu)

un sms qui m’annonce une petite expo B2TS (merci !)

et pour finir ce présage

Share

2 Comments

    Ce François Patrice, animateur de boîtes de nuit du temps où BB ne versait pas encore dans la zoophilie, a pondu un opus sur cette ancienne actrice.

    Il n’a pas réussi, hélas, à décrocher le prix Goncourt.

    Mieux vaut une expo de photos de rues… dans une galerie ! 🙂

  • mieux vaut des arbres ou arbustes qui exposent leurs fleurs dans la rue

Laisser un commentaire