Pendant le weekend

Carnet de voyage(s) #62

 

C’est une sorte de presqu’île, on l’appelle le promontoire de Gargano, on l’appelle aussi l’étrier de l’Italie. C’est une région où le temps est parfois difficile (je crois qu’en hiver, la rudesse  des paysages s’installe et ne compose pas, on le sent en passant dans l’intérieur). Le voyage qui a commencé à Orly, puis Naples, puis voiture traversante (comme on voit parfois des appartements), chaleur, sécheresse, déviations difficiles, une citron qui trimballait cent kilos de bagages et quatre cents d’humains, l’eau, l’arrêt au café de l’autoroute, les paninis, on voudrait arriver, on voudrait voir arriver la fin de ce petit voyage.

Et puis, voilà, c’est là.

mattinata carte 1

Zoom avant.

carte mattinata 2

La petite ville en haut à gauche, la plage sur la mer Adriatique. Deux semaines.

carte mattinata 3

La maison, le bungalow, se trouve juste à côté de la girouette.

carte mattinata 4

Sur la plage, les Italiens aiment à planter des parasols, comme dans les champs, ils plantent des oliviers. Un ordonnancement que démentent les jolis reflets de l’eau. Zoom avant.

carte mattinata 5

Là, les parasols, personne sur la plage publique (elle est sans sans parasol, c’est avril, mais sur la droite ils y sont) . On discerne près de l’eau deux personnes semble-t-il. Ce ne sont pas ceux-là.

carte mattinata 6

Mais ces images ne mentent pas : chaleur, galets, petites vagues et eau douce et salée.Des vacances. Bien méritées, sans doute. Je ne peux pas pourtant faire comme si le travail ne m’avait pas fui, comme s’il était normal de partir, j’avais quelque chose de difficile à vivre, j’ai tout oublié, voilà, la guerre, les affaires, les morts et les murs, voilà tout, alors la mer comme celle d’Eubée de l’année dernière, et les changements, les nuages qui envahissent souvent le ciel.

matinatta 1

Les amis et les enfants, les rires et les galets, les serviettes, tu sais, étendues sur la plage, des rectangles de couleur, au marché les tomates sont à un euro le kilo, les trois livres d’aubergines au même prix comme les courgettes les haricots, les pâtes chez Trotta, les courses, l’arrivée, l’auberge et la découverte du décor de ces deux semaines.

mattinata 2

Les filles riaient de ces fleurs

mattinata 3

et du vent bruissaient les oliviers, les lézards s’en allaient vivants, courir, ici ou là, des citronniers

mattinata 7

la campagne, les moustiques, la terrasse où on se fait tous dévorer, les pâtes à la sauce tomate, les fleurs, un doux parfum qu’on respire

mattinata 5

les rires, la terrasses, au loin on entendait les animations des campings, le karaoké

mattinata 6

ce n’est pas vraiment un reportage, les chansons de notre temps, « gangnam Style » en boucle, barbecue et des enfants dans les piscines, les tongues, les bermudas, et tous ces Italiens tatoués, les rires des tout petits, j’ai repensé à mes débuts ici, j’ai repensé à cette plage qui se nommait Neptune

de Trani

et dans une petite ville, Trani, une sculpture de lion et un vieux cinéma désaffecté…

mattinata 4

 

 

 

 

 

 

 

Share

1 Comment

    […] la repose celle-ci, quelque chose de Paradiso, j’ai repensé à cette côte-là; au loin on découvrirait […]

Laisser un commentaire