Pendant le weekend

Onze onze quinze

(trois z c’est plus simple) (un truc avec les chiffres ? ça va sinon ? demain ça fera pareil, et les autres aussi, on n’en finira pas vu que ça le fait tous les mois en z) hier soir c’était cinéma « Cape et poignard » (Fritz Lang, 1946, ) avec un Gary Cooper légèrement fat (mais ça ne fait rien) une musique de Max Steiner plutôt dans les lourdasses explicatives (mais ça ne fait pas grand chose non plus : beaucoup aimé Lilli Palmer alias Gina qui tue à coups de couteau un  soldat allemand) et un argument sur la bombe atomique assez contemporain (je veux dire du film, pas d’aujourd’hui – encore que le feuilleton EPR soit assez édifiant (si j’ose dire) entre Flamanville et son site de Finlande, sans compter celui du côté de Manchester)

gare 10 11 15

(en revenant, on croise les voies de chemin de fer qui partent de la gare du nord -ou qui y mènent, qui saura) (ça me fait penser à une chanson de Mike Brant, tiens ça)

gare 2 10 11 15

(à propos, Neil Young va taper soixante dix demain dit-on ce qui rappelle la descente vers la Tunisie de soixante treize vie Embrun et Latina)

Share

3 Comments

    eu sourire à chaque mot (parfois un peu rageur, ou tristou)

  • Ah Lilli Palmer ! Je crois qu’il lui faut 2 l si j’en crois la cyclopedie wikipedia. Elle a joué dans un « Montparnasse 19 » dit aussi « Les amants du Montparnasse » de Jacques Becker. Je ne connais pas beaucoup de films dont le titre se réclame du Montparnasse monde.

  • @L’employée aux écritures : merci j’ai corrigé…
    @brigetoun : tant mieux…
    à vous deux : merci du passage

Laisser un commentaire