Pendant le weekend

120

 

 

C’est en descendant le faubourg (imagine-toi que le bailleur ne sait pas où j’habite dis donc, c’est un peu dingue ça, non ?) (enfin pour la lettre, il a fallu que je lui indique mon adresse) (de l’antique : une merveille dans la merveille, un abîme un gouffre un vortex qui, sans fond ni fin continue de se creuser dans son arithmétique – ou géométrique – qu’on n’espère pas exponentielle tout de même -progression : où s’arrêtera-t-il ? on ne sait) que j’ai pris cette photo d’un couple de mes contemporains (ce sont les couleurs des avachies chaussettes jurant avec celles des pompes à cent cinquante -réalisées comme il se doit par des mômes- ainsi que les illustrations molletesques qui m’ont attiré l’oeil

4mollets une main

) (ce sont ces temps de coupes d’Europe des nations qui intiment et enjoignent sinon imposent à mes contemporains mâles -il existe aussi, cependant, quelques rares spécimens femelles – d’adopter le gimmick vestimentaire basketts/bermuda/polo -si possible aux couleurs de l’heureuse élue- barbes bières pizza – tatouages et piercings sont superfétatoires mais bien mis en valeur, certes) (ici il s’agit d’individus, probablement, serbo-croates ou quelque chose : au déclenchement de la prise du cliché, cet abruti de téléphone a produit le son artificiel imitant – mal, mais de façon reconnaissable à une oreille habituée – celui de l’homologue prédestiné au cliché lorsqu’il est dit « reflex », ce qui eut pour effet de faire se retourner vers l’opérateur la jeune femme -dont on reconnaît sinon la vestiture, du moins la chaussure (l’autre est cachée par le svelte mollet gauche – dite nus-pieds – ou sandales – je ne sais la différence – qui en parla à son accompagnateur, dans un dialecte inconnu du paparazzo lequel, faisant fi de ces mots incompréhensibles, continua -en doublant le couple – son chemin vers sa boite aux lettres où la lettre ne pouvait l’attendre, vu la méconnaissance (crasse ?) de la merveille du monde))

Share

1 Comment

    c’est toujours agréable de prendre des photos de dos (pas de pb pour le soi-disant « droit à l’image ») et parfois l’envers vaut bien l’endroit !
    🙂

Laisser un commentaire