Pendant le weekend

124 3 juillet

 

 

(cette haine qui s’exerce, infiniment, à l’égard de Nuit Debout – des commentaires idiots, futiles ou pitoyables – fait penser qu’il s’agit bien là de quelque chose d’important pour le reste du monde) hier soir, au Champo -pas mis les pieds -ni le reste – dans ce ciné depuis les années 70 – c’était « La femme du dimanche » (Luigi Comencini, 1975) (musique vraiment trop datée, mais on peut voir bien sûr – comme tous les films de ce réalisateur d’ailleurs) surtout pour Jacqueline Bisset et Marcello Mastroianni, Jean Louis Trintignant doublé et homo, oui, pourquoi pas, mais il est préférable de le voir dans « Le conformiste » (Bernardo Bertolucci, 1970)

gare 30 juin 16

(il fait moche, on a fermé la lumière, il y a des tams tams dans la rue, il va pleuvoir, et ce soir on ira écouter de la musique sur la place, et merdauxcons) (en même temps les petits bleus affrontent qui déjà, l’Islande ou bien ?)

Share

2 Comments

    « Le Conformiste », un film fort en ces temps de Rome aux mains d’une « populiste » et du retour de la droite triomphante et arrogante – un Gattaz crachotant sur la loi et un Sarkozy à la ramasse essayant par tous moyens de sortir de sa mélasse : on attend toujours le grand film français qui saurait « appréhender » l’atmosphère putride de « nos années » présentes et ouvrir son dernier plan vers un quelconque espoir !

  • pour le conformiste OUI
    pour Nuit Debout à Paris je pense que assez nombreux sont les participants pour qu’on évite ce que je craignais un peu, sans vouloir y croire, mais que j’ai vérifié… le pire de ce qu’on appelle la démocratie directe : une prise de pouvoir par un petit groupe et des règles empêchant tout débat

Laisser un commentaire