Pendant le weekend

B2TS Château-Landon dernière (n°8)

 

 

 

j’avais cette chanson en tête en me levant – bizarre le monde – mais ce chanteur m’a toujours été proche (un concert à Montreuil une année (75?) jusque trois mais comment tu rentres après ? à pied…) (je tiens une image de lui avec ce guitariste dont j’ai oublié le nom qui lui a plus ou moins mis le pied à l’étrier dans les années 50 – il était de 40 le Jacquot) et les images de la rue (beau ou laid le monde est tel qu’il est) sont belles

même si on ne les comprend pas vraiment toutes

j’entends qu’on a fermé Venise et Milan et Padoue et Trévise – le délire complet – peu importe ? je me demande – si tout à l’heure les grandes gagnantes sont plus de cinq mille, que vont faire les fantoches ? comment vont-ils les compter ? Ah bah – le monde tel qu’il est ? Continuons (on a été bosser le personnel portait des gants de plastique transparent – on se saluait de loin…) – fait doux pas vrai ?

on tue en Syrie, à Lesbos, en Turquie – c’est autrement grave, c’est au même point, le même plan, le même monde

je ne suis pas certain de son sourire, là  – j’entends conseil de défense ce soir – quelle affaire – on s’en souviendra comme d’une tentative de mettre de l’ordre ? un virus pour faire s’effondrer le capitalisme ? (on aime tant l’effondrement ces temps-ci, tu ne trouves pas ?) faire des réserves de pâtes et de riz ? des fruits secs ? continuer sa saisie oui

regards droits, un soupçon de sourire à gauche dans le reflet, loin, un peu loin – des hommes et des femmes, pareils…

des couleurs – hier soir au ciné un couple qui en rencontre un autre « on s’embrasse ? » des rires – on s’embrasse évidemment –

les sourires, oui, et les mots

je reconnais une certaine édition dans le choix des images de cette dernière mise en ligne (elles vont dans le sens de la prise de vue, plus ou moins, on s’en fout complètement, mais pour la dernière de Château-Landon (série en huit épisodes quand même) on va finir en beauté (on interchangera l’avant dernière et la dernière comme on aime mais pour moi, c’en est ainsi)

Oui.

Hier dans la rue j’ai croisé Lolo « ah non on ne se serre pas la main » on s’est touché le coude – les porteurs sains, les malades les masques les annonces dans le métro le hall à la radio – et sa vieille mère – si ce n’est sous le virus, on est enfoui sous les alertes – ça ne fait rien, ça va passer.

au cinéma Richard Jewell (Clint Eastwood, 2019) (le réalisateur omet de dire que l’attentat a été perpétré par un suprémaciste blanc farouchement anti-avortement du genre adulé par le président étazunien de nos jours et rien que pour ça, pour cet « oubli », Clint, tu déconnes complètement (cinéma à la papa : la dénonciation du pouvoir de nuisance des médias a été autrement mieux montrée par – un exemple au hasard – Billy Wilder et Kirki (ah, Kirki…) dans The Big Carnival (Le Gouffre aux chimères) voilà… soixante dix ans… Pfff.)

Bon dimanche quand même.

Share

3 Comments

    J’apprécie beaucoup la photo 5, avec la surimpression d’un deuxième « acteur » et celui au premier plan avec son logo tricolore…

    Le coronavirus est bien tombé (si on peut dire) pour redonner un coup de fouet au petit Chef qui se montre en « lutteur » (même sans le gabarit ad hoc) sur tous les fronts (tempérés) : il va même dans un Ehpad pour rencontrer des « aînés » dont il dit ensuite qu’il ne faut surtout pas aller les visiter !

    Bref, on verra aux élections municipales : l’isoloir devrait servir de masque géant. 😉

  • une journée qui commence avec Higelin c’est bien
    J’ai commencé, avec un peu d’inquiétude et le sourire de tendresse en prenant nouvelle de nièce, compagnon – mon copain – et petite merveille – leurs fils – les trévisans, qui ont envie d’aller se promener à Venise, il paraît que c’est merveilleux, il n’y a personne… mais pas certains que les trains fonctionnent et surtout le nonno avec une tumeur est à l’hôpital, comme les atteints…

  • @brigitte celerier : tous mes vœux -l’affaire a l’air bénigne cependant… (pour le nonno, aussi) (et bon anniversaire au frérot)
    @Dominique Hasselmann : on verra la semaine prochaine (mais en attendant, nos maies sont dans la rue – sous la pluie, peut-être, mais dans la rue : je pose une image demain pour soutenir et avancer encore)
    Merci de vos commentaires.

Laisser un commentaire